POLITIQUE

Les universités ne sont pas des endroits assez «neutres» pour y tenir les débats des chefs, selon le NPD (VIDÉO)

22/05/2015 11:07 EDT | Actualisé 22/05/2015 11:54 EDT

OTTAWA – Le Nouveau parti démocratique du Canada croit que les universités sont des endroits « pas vraiment neutres » pour y tenir des débats des chefs.

Ces propos pour le moins étonnants ont été tenus par la directrice de campagne du NPD Anne McGrath pendant des discussions confidentielles avec des représentants du consortium des médias ainsi qu’avec le Parti libéral, le Parti vert et le Bloc Québécois, ont indiqué plusieurs sources au Huffington Post Canada.

Les conservateurs n’ont pas pris part aux discussions à Ottawa jeudi, même s’ils auraient parlé avec le consortium avant la réunion.

« Le NPD avait les même craintes que les conservateurs en ce qui concerne les lieux proposés, a indiqué une source qui requiert l’anonymat. L’argument du NPD était que les universités ne sont pas vraiment neutres. »

« C’était choquant, a ajouté la source. Le [NPD] semble tellement engagé à susciter la participation des jeunes en politique, and, fait intéressant, le consortium est vraiment engagé à ce sujet. »

Le porte-parole du NPD George Soule a dit au HuffPost que McGrath ne commenterait pas.

« Nous n’allons pas commenter des parties des négociations qui se passent derrière des portes closes », a-t-il ajouté.

Les conservateurs avaient maintenu devant le consortium que les universités n’étaient pas des lieux idéaux parce qu’il serait difficile de contrôler la foule. Ils auraient peur qu’un élève dise quelque chose ou lance quelque chose sur scène.

« C’est bizarre, non?, a dit une autre source anonyme familière avec la discussion de jeudi. [Mais] vous penseriez que le NPD voudrait parler d’éducation. »

Une source libérale, qui n’était pas présente aux négociations, a dit que le premier minister Harper choisit de participer aux débats auxquels il se sent plus confortable.

« C’est fou, il accepte un débat de la compagnie de Pierre Karl Péladeau [TVA], un du Globe and Mail dans la ville d’origine de Harper [Calgary], un organisé par la fondation du conservateur Peter Munk and un modéré par son biographe [Paul Wells, du magazine Maclean’s]. »

Les libéraux ont fait savoir, jeudi, qu’ils préféraient les débats du consortium qui, disent-ils, rejoindraient le plus de Canadiens. Les débats en anglais en 2011 ont été vus par 10 millions de Canadiens.

Thomas Mulcair est quant à lui le seul chef qui ait accepté tous les débats auxquels il a été invités.

Le consortium a dit aux représentants qu’il n’y aurait que deux débats au lieu des quatre prévus, et qu’ils se tiendraient malgré l’absence de Stephen Harper.

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter