DIVERTISSEMENT
21/05/2015 07:22 EDT | Actualisé 22/05/2015 09:37 EDT

FTA 2015: Arkadi Zaides danse la violence israélienne (ENTREVUE)

Coups de feu, cris, lancers de roches, champs ravagés par le feu, bousculades, actes de destruction. Telles sont les images recueillies quotidiennement par des Palestiniens et collectées par B’Tselem, un centre d’information israélien pour les droits de l’homme dans les territoires occupés. En plus d’être projetées sur grand écran afin de témoigner des outrages dans les colonies, ces images seront reproduites en mouvements par le danseur et chorégraphe israélien Arkadi Zaides, qui s’amène au Festival Transamériques (FTA) avec son spectacle documentaire Archive, du 24 au 26 mai.


«Archive»


Solo construit sur les braises d’un conflit sans fin, la création de Zaides questionne le cycle de violence dans son pays. « J’ai choisi des images où l’on ne voit jamais les Palestiniens pour que les projections servent de miroir à ce que fait ma société. Et je suis un danseur israélien sur scène qui se réapproprie les mouvements des miens. Sur plus de 4500 heures de matériel vidéo, on voyait les mêmes gestes se reproduire sans cesse. Pas tant les coups d’éclats qui font les manchettes à la télévision, mais des événements “secondaires” qui capturent quelque chose de plus profond sur la situation. Je voulais analyser jusqu’où cette violence affecte nos corps. »

Observateur, médiateur et danseur, Arkadi se fascine pour la culture du conflit depuis des années. En 2010, avec sa pièce Quiet, il a été le premier chorégraphe de son pays à rassembler des artistes juifs et Arabes israéliens sur une même scène. Lors de ses créations suivantes, Land Research et Moves Without Borders, il explorait les rapports entre le corps, le territoire et la politique. En 2013, son travail a été salué par un prix de la Chaire Émile Zola pour les droits de l’homme.

Dans son nouveau solo, le créateur israélien fait de son corps une archive vivante, voire confrontante pour certains spectateurs qui préfèreraient ne pas voir la réalité. « Je montre des choses très peu exposées dans les médias. Mon but est de rappeler qu’on participe tous à cette violence, même si certaines franges de la société israélienne ne veulent pas assumer ce qui se passe. Mon travail questionne aussi l’idée d’être spectateur du conflit, sa résonnance à l’extérieur du pays et le potentiel de violence dans chaque société. »

Présenté en France, aux États-Unis, au Brésil et en Belgique, avant de s’amener à Montréal, Archive a beaucoup fait réagir en Israël. « Plusieurs personnes sont persuadées que je prends position pour les Palestiniens. Pourtant, je prétends faire des observations générales sur la situation. Au final, certains ont tenté de me priver de financement ou de mettre fin à mon spectacle. »

Zaides précise que le contexte social actuel rend l’engagement politisé de plus en plus périlleux pour les artistes.

« Après les événements qui ont eu lieu à Gaza l’an dernier et tout ce qui a suivi, certaines personnalités ont encouragé publiquement des actions contre le gouvernement. Par la suite, elles ont été critiquées durement dans les médias et devaient réexpliquer pourquoi elles avaient pris de telles positions. Une actrice avait même des caméras qui l’attendaient devant sa porte pour la provoquer! On vit supposément dans un pays qui prône la liberté d’expression, mais les artistes doivent y penser à deux fois, en voyant ce qui arrive à ceux qui prennent parole. »

Le spectacle Archive sera présenté du 24 au 26 mai 2015 à la Cinquième Salle de la PDA. Cliquez ici pour plus de détails : http://www.fta.qc.ca/fr/spectacles/2015/archive

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter