DIVERTISSEMENT

«La famille Bélier», Louane Emera: la voix d'une actrice (PHOTOS)

09/05/2015 02:18 EDT | Actualisé 09/05/2015 02:21 EDT

Rien ne destinait Louane Emera à devenir une comédienne. Mais depuis son émouvante interprétation dans La famille Bélier, qui lui a valu en 2015 le César du meilleur espoir féminin, la jeune chanteuse française est entrée dans le monde du cinéma par la grande porte. Rencontre.

Parfois, il est question de hasard. Parlez-en à la pétillante Louane Emera qui jure n’avoir jamais vu venir tout ce qui lui arrive. «Vous êtes une jeune fille, vous avez 16 ans et un réalisateur vous approche pour vous demander de jouer dans son prochain film, explique-t-elle le tout naturellement possible. Que répondez-vous? En tout cas, moi, j’ai dit oui tout de suite.»

Et voilà, comme on amorce une carrière cinématographique. En fait, Louane, 18 ans maintenant, n’est pas une pure inconnue. Les Français la connaissent d’ailleurs très bien. Depuis sa participation remarquée à The Voice – version hexagonale de La Voix –, la jeune fille est une véritable vedette. Elle a depuis vendu 200 000 exemplaires de son premier album Chambre 12.

«Le réalisateur Éric Lartigau cherchait pour son long métrage La famille Bélier une actrice qui savait chanter. Finalement, il a pris une chanteuse qui ne savait pas jouer», s’esclaffe-t-elle.

Apprendre le métier

Cette amoureuse des films de Cédric Klapisch (L'Auberge espagnole) n’a visiblement pas peur des défis. Louane a l’audace de la jeunesse. Lorsqu’elle a lu le scénario, l’envie de faire partie de cette aventure l’a emballée. Car au sein de la famille Bélier, tout le monde est sourd et muet, sauf Paula, une fille de 16 ans qu’elle incarne et qui se découvre un don pour la chanson.

«C’était plus difficile d’apprendre à jouer que d’apprendre la langue des signes, dit-elle. C’est compliqué d’être juste et naturel devant la caméra. Le réalisateur m’a beaucoup soutenu. J’ai appris le métier d’actrice un peu sur le tas.»

Au fil du récit, on comprend que Paula est un pilier indispensable auprès de ses parents, éleveurs laitiers dans le nord-ouest de la France, admirablement interprétés par Karin Viard et François Damiens. Entre les besoins de sa famille et sa passion artistique qui doit la mener à Paris, l’adolescente est déchirée par le dilemme.

«Je me sens très proche de Paula, confie-t-elle. On n’est pas si différente. La famille, c’est très important pour moi. Le film, c’est aussi une question de tolérance. C’est une œuvre qui fait réagir. Le rôle de Paula m’a permis de regarder le monde autour de moi. J’ai ouvert les yeux sur la différence et les handicaps.»

La famille Bélier, inspirée d’une histoire vraie, est la comédie-surprise de cette année. Le film va bientôt franchir la barre des huit millions de spectateurs. «C’est dingue, lance-t-elle. Je ne sais pas si un film peut changer à lui tout seul les mentalités, mais celui-là permet à beaucoup de gens de voir que les sourds-muets sont des personnes comme les autres. Et c’est déjà bien.»

Chanteuse ou actrice, Louane ne veut pas choisir. «J’ai envie d’être actrice, d’être chanteuse, d’ouvrir une galerie d’art ou bien d’écrire un recueil de poèmes. Je ne sais pas, mais j’ai envie de faire plein de choses dans la vie. Je ne veux pas être enfermé dans un tiroir.»

Elle ne veut pas non plus s’arrêter à un seul film. Depuis son César, les projets s’accumulent. «Je ne peux pas en parler encore, mais je n’en ai pas terminé avec le cinéma. Je peux vous dire qu’un César avec ses trois kilos cinq, c’est très lourd.» Au niveau du symbole aussi? «Oui, on ressent de la pression, parce que c’est une énorme reconnaissance de la part du milieu cinématographique. On m’attend au tournant.»

L’entrevue a été réalisée à Paris grâce à l’invitation des Rendez-vous d’Unifrance.

La famille Bélier – Les Films Séville – Comédie – 105 minutes – Sortie en salles le 8 mai 2015 – France.

La famille Bélier

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter