POLITIQUE

NPD: Thomas Mulcair promet de nommer un ministre des Affaires urbaines à Ottawa s'il devient premier ministre

08/05/2015 08:25 EDT | Actualisé 08/05/2015 09:38 EDT
CP

Le gouvernement de Stephen Harper trouve toujours de l’argent pour la « propagande conservatrice », mais ne donne que des miettes à Montréal, selon Thomas Mulcair.

Il promet de nommer un ministre des Affaires urbaines si un gouvernement néodémocrate est élu en octobre prochain, pour travailler sur les dossiers de transport en commun et le logement social.

De passage à Montréal, le chef du NPD a vanté ses promesses pour la classe moyenne canadienne et a promis de devenir un partenaire fiable de la métropole.

Il a une fois de plus critiqué l’inaction d’Ottawa dans le dossier du pont Champlain, une « infrastructure vitale » pour l’économie québécoise.

« Il n’est pas normal que les maires ne trouvent personne à qui parler à Ottawa », a-t-il dit devant les centaines de militants réunis au Palais des Congrès.

Selon lui, le gouvernement fédéral travaille en « vase clos » sans consulter les municipalités. Même son de cloche du côté de Maria Mourani, candidate du NPD dans Ahuntsic.

« Le pont Champlain, c’est bien la pire catastrophe que j’ai vue à Montréal. Les conservateurs ont mis plusieurs années avant de nous dire ce qu’ils vont faire, ça va coûter plus cher que ça devrait coûter normalement, en plus de ça, ils décident de mettre un péage dont personne ne veut », a-t-elle critiqué.

« C'est bien le problème de ce gouvernement-là, il ne travaille pas avec les provinces, avec les municipalités. »

Pour Alexandre Boulerice, député de Rosemont-La Petite-Patrie, les conservateurs agissent de façon unilatérale et irresponsable. Il souhaite que la voix des gens vivant en milieu urbain soit mieux représentée après les prochaines élections.

« Montréal est complètement laissée de côté et délaissée par les conservateurs. 80% de la population vit dans les grands centres, mais les conservateurs sont déconnectés de cette réalité-là », a-t-il dit.

Montréal investira plus d’un demi-milliard de dollars dans les infrastructures d’eau et la voirie en 2015, un sommet historique.

Un gouvernement néodémocrate compte verser une partie de la taxe sur l’essence à la métropole pour l’aider à réaliser ses projets. Thomas Mulcair a déplore que les élus doivent composer avec le déficit creusé par les libéraux et les conservateurs, alors que la métropole doit renouveler ses infrastructures.

« On ne parle pas de luxe ici. On parle de ponts, de viaducs, d’égouts et d’aqueducs. On parle de rails et de routes. »

Inspiré par la victoire du NPD en Alberta, le chef s'est même permis de se projeter dans le futur, à la conférence de Paris sur les changements climatiques plus précisément.

S'il est premier ministre, Mulcair fera savoir que le Canada va travailler « avec le monde et non plus contre la planète ».

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Le futur pont Champlain