NOUVELLES

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette confirme une hausse des tarifs dans les CHSLD (VIDÉO)

07/05/2015 08:18 EDT | Actualisé 21/05/2015 02:46 EDT

Le ministre de la Santé du Québec confirme que le tarif facturé aux usagers des centres hospitaliers de soins de longue durée sera augmenté, mais dément formellement que la hausse atteindra 4 %, comme le laisse croire un article du quotidien La Presse.

Gaétan Barrette parle plutôt d'une augmentation « marginale ».

« Il n'y aura pas d'augmentation de 4 % par année de la contribution de l'usager pendant les quatre prochaines années », a-t-il assuré lors d'un impromptu de presse dans les couloirs de l'Assemblée nationale. « C'est un engagement. [...] Ça n'arrivera pas. »

« On est substantiellement en dessous de ce qui est évoqué aujourd'hui, le fameux 4 %, qui n'arrivera pas cette année, ni l'année prochaine, ni l'année d'après, ni l'année après l'année d'après. Je ne peux pas être plus clair que ça. »

— Gaétan Barrette, ministre de la Santé du Québec

« Les tarifs de la contribution de l'usager sont indexés historiquement. Il y aura un très petit montant additionné à cette indexation-là, mais qui sera marginal », a-t-il ajouté, sans donner de chiffre précis. L'augmentation, dit-il, sera annoncée « dans les prochains jours. »

L'indexation des tarifs est d'environ 1,5 % depuis quelques années.

Tarif mensuel maximal dans un CHSLD public ou semi-privé

  • Chambre individuelle : 1789,80
  • Chambre à deux lits : 1496,40
  • Chambre à trois lits ou plus : 1112,40

Le ministre Barrette rappelle que cette hausse s'inscrit dans la foulée d'un rapport du vérificateur général du Québec, qui a conclu dans son rapport 2012-2013 que les contributions exigées aux usagers québécois sont nettement inférieures à celles exigées ailleurs au Canada.

« Le vérificateur général nous recommande faire un certain rattrapage, que nous refusons de faire à la hauteur de ce qui a été suggéré [...] mais nous devons le faire pour des raisons d'équité et d'équilibre », a affirmé le ministre.

Dans son rapport, le vérificateur général soulignait que les tarifs et les règles servant à les établir n'avaient pas été revus depuis 15 ans.

En conséquence, le tarif mensuel de 1665 $ facturé en 2011 était inférieur de 29 % au coût du gîte et du couvert, qu'il établissait à 2147 $.

« La méthode de calcul crée des iniquités selon les avoirs ou la situation familiale de la personne », ajoutait-il.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter