NOUVELLES

Un Américain construit une mini-maison pour une femme sans-abri à Los Angeles

06/05/2015 11:40 EDT | Actualisé 06/05/2015 11:46 EDT
Welcome Home: A Tiny House, Huge Purpose.

Tout est possible aux États-Unis et Irene McGhee en est la preuve. Plus connue sous le surnom de "Smokie", cette femme de 60 ans a un toit sous lequel vivre à Los Angeles depuis le 28 avril dernier. Irene a passé plus de dix ans sans domicile fixe dans les rues de Californie, après avoir perdu son mari et sa maison.

"Je me sens super bien", a-t-elle déclaré sur ABC News après avoir inauguré sa nouvelle maison. "Vous ne pouvez pas savoir comment je me sens. Je suis sur le chemin d’une vie différente".

Mais rien n'aurait été possible sans l'engagement d'un homme et la solidarité des internautes. Le héro d'Irene McGhee est Elvis Summers, un homme de 38 ans qui vit dans le sud de Los Angeles. À force de rencontres et de discussions dans le quartier, les deux ont développé une amitié atypique. "Elle dormait dans la poussière et je voulais juste lui créer un petit endroit où elle puisse se sentir bien et au moins bien dormir la nuit", a déclaré Elvis Summers.

Il est désormais décrit comme un "ange gardien" par Irene, qui ne tarit pas d'éloge à son propos.


Il n'aura fallu que cinq jours et une bonne dose de créativité à Elvis Summers pour construire cette petite maison sur roulettes avec une fenêtre, une maison "chaleureuse et confortable" selon ses propos recueillis par la chaîne américaine. Mais s'il a réussi à aller jusqu'au bout de son projet, c'est principalement grâce à la mobilisation et la solidarité des internautes.

Le bienfaiteur a lancé une campagne intitulée "A Tiny House, Huge Purpose" ("une petite maison pour une grande cause", en français) sur le site de collecte de dons GoFundMe le 13 avril. À ce jour, Elvis Summers a récolté 52 494 dollars américains, grâce aux dons des internautes. L'Américain est ainsi bien déterminé à poursuivre sa cause et prévoit même d'aider d'autres sans abris du quartier à construire une maison.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les écarts entre riches et pauvres dans les grandes villes canadiennes