POLITIQUE

Élection du NPD : pas de parallèles entre le Québec et l'Alberta, dit Couillard (VIDÉO)

06/05/2015 12:09 EDT | Actualisé 06/05/2015 12:19 EDT

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, refuse de voir dans l'élection d'un gouvernement néo-démocrate en Alberta un rejet des mesures d'austérité - à la sauce albertaine - proposées par le gouvernement de Jim Prentice pour répondre à la crise budgétaire de la province.

M. Couillard interprète l'élection du Nouveau parti démocratique de l'Alberta de Rachel Notley comme un mélange du désir de changement des citoyens, après 43 ans de gouvernements conservateurs, et d'une conjoncture économique due à la chute du prix du pétrole.

Élue notamment sur la promesse d'augmenter l'impôt des entreprises plutôt que celui des contribuables, Mme Notley n'infléchira pas la détermination du gouvernement Couillard à réduire l'impôt des sociétés.

« L'approche vis-à-vis les entreprises pour nous est simple, nous voulons alléger le fardeau fiscal des entreprises, mais des petites entreprises surtout qui sont l'ossature de notre structure économique, expose le premier ministre. Il y a beaucoup de gouvernements progressistes dans le monde qui ont exactement la même approche que nous », précise M. Couillard en donnant l'exemple de la France de François Hollande.

« Il faut être très prudent dans la comparaison de la situation financière du gouvernement de l'Alberta et de celui du Québec, prévient le premier ministre Couillard. Regardez le niveau de dette, par exemple, ce sont deux mondes radicalement différents. »

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, abonde en ce sens. « Le niveau de taxation est bien différent en Alberta qu'il ne l'est ici même après les augmentations proposées par M. Prentice dans le budget qu'ils ont déposé, explique M. Leitao. Ça demeurait un niveau global de taxation bien inférieur à n'importe où ailleurs au Canada.

« Nous au Québec, nous sommes déjà à la limite de ce qui est soutenable en terme de fardeau fiscal. L'Alberta est bien loin de ça. »

— Carlos Leitao, ministre des Finances du Québec

M. Leitao estime qu'en Alberta, cette limite au niveau d'imposition des contribuables est loin d'être atteinte.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

11 controverses du gouvernement Couillard