NOUVELLES

Crash de Germanwings: le copilote a pratiqué sa manoeuvre lors du vol aller

06/05/2015 05:50 EDT | Actualisé 06/05/2015 06:55 EDT
Getty Images via Getty Images
FRANKFURT, GERMANY - SEPTEMBER 13: In this photo released today, co-pilot of Germanwings flight 4U9525 Andreas Lubitz participates in the Airport Hamburg 10-mile race on September 13, 2009 in Hamburg, Germany. Lubitz is suspected of having deliberately piloted Germanwings flight 4U 9525 into a mountain in southern France on March 24, 2015 and killing all 150 people on board, including himself, in the worst air disaster in Europe in recent history. (Photo by Getty Images)

Le copilote de l'Airbus A320 de la compagnie Germanwings qui s'est écrasé en France en mars (150 morts) avait "répété" la manoeuvre de descente volontaire de l'avion, mais sans "effet sensible", lors du vol aller, a affirmé mercredi le Bureau français d'enquêtes et d'analyse (BEA).

Au vol retour entre Barcelone et Düsseldorf, le copilote Andreas Lubitz a "intentionnellement" commandé la descente de l'appareil "jusqu'à la collision" avec la montagne des Alpes françaises, écrit le BEA dans un rapport préliminaire qui confirme le scénario déjà connu.

Le copilote s'était alors "retrouvé seul dans le poste de pilotage", affirme le BEA dans son rapport basé sur l'exploitation des boîtes noires de l'appareil.

"Il a alors intentionnellement réglé les consignes du pilote automatique pour commander une descente de l'avion jusqu'à la collision avec le relief", ajoute le Bureau, qui est en charge de l'enquête de sécurité autour de ce crash.

Le copilote "n'a pas ouvert la porte du poste de pilotage" pendant la descente, malgré les demandes répétées du pilote qui était sorti du cockpit et "les coups frappés à la porte".

Lors du vol aller, entre Düsseldorf et Barcelone, le copilote "a répété ce geste qu'il a fait lors du vol fatal", a commenté Rémi Jouty, le directeur du BEA à la presse.

Le rapport indique ainsi que "plusieurs sélections temporaires d'altitude vers 100 pieds avaient été enregistrées au cours de la descente du vol précédent celui de l'accident, alors que le copilote était seul dans le poste de pilotage".

Ces manipulations plus fortes que nécessaires ont été effectuées alors que "le contrôle aérien avait donné ordre de descente et (que) l'avion avait déjà commencé à descendre", et n'ont "pas eu d'effet sensible", a précisé Rémi Jouty.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Écrasement d'un Airbus A320 de Germanwings