Huffpost Canada Quebec qc

Ces femmes sont sans-abri et enceintes, mais pleinement épanouies (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Chaque mois, depuis sept ans et demi, la maman et portraitiste Keri Vaca prend le temps de photographier les femmes les plus vulnérables de la société.

Ses clientes sont sans-abri et enceintes. Presque toutes ont connu la pauvreté de près, ont dû se battre contre des problèmes de toxicomanie ou ont connu un conjoint violent.

Mais ces femmes sont toutes allées chercher de l’aide auprès de l’organisme Homeless Prenatal Program (HPP), fondé il y a 25 ans par Martha Ryan, infirmière et bénévole des Peace Corps.

Les résultats sont tout simplement extraordinaires. Plus de 90% des femmes qui avaient des grossesses à risque ont accouché de bébés non drogués, un pourcentage plus élevé que la moyenne nationale. HPP a également aidé ces femmes à trouver des emplois et un toit permanent.

Martha Ryan utilise la même approche que lorsqu’elle travaillait dans des camps de réfugiés en Afrique de l’Est. Là-bas, elle formait des réfugiées qui fourniraient des soins de santé dans leurs communautés. Non seulement elles gagnaient de l’expérience, un emploi et un statut social plus élevé, mais elles laissaient tomber les barrières culturelles envers les autres réfugiées.

La même stratégie est mise en place à HPP, où plus de 80% du personnel est composé d’anciennes patientes.

« Voici notre politique : nous ne jugeons pas, a expliqué Martha Ryan au Huffington Post. Si plus de la moitié de votre personnel a déjà vécu dans la rue à un moment donné, a dû s’asseoir dans nos bureaux – elles savent comment les autres se sentent. Tout le monde peut se retrouver dans cette position. Alors nous ne jugeons pas. Nous croyons que nos clientes, si on leur donne une chance, peuvent donner un nouveau sens à leur vie. »

Elle croit que les grossesses peuvent devenir une fenêtre d’opportunité pour les femmes dites «à risque ». « Ça fait 25 ans que je fais ce métier et je n’ai jamais rencontré une femme qui voulait faire du mal à l’enfant dans son ventre. Toutes les femmes qui tombent enceintes et décident de ne pas avorter veulent un bébé en santé. »

Keri Vaca, une photographe de maternité, a rencontré Martha Ryan quand leurs enfants allaient à l’école primaire. La mère de Vaca est tombée enceinte à 18 ans. « Sa grossesse n’était pas célébrée, raconte-t-elle. Elle n’avait que deux photos d’elle lorsqu’elle était enceinte de moi. »

Elle a donc décidé d’offrir ses services comme photographe bénévole. À quelques kilomètres des géants techno comme Twitter et Uber, les bureaux de HPP sont modernes et invitants, remplis de lumière naturelle et de la béatitude des futurs parents. « J’étais émerveillée par leurs services », raconte Keri Vaca. C’est ainsi qu’elle a commencé à immortaliser les grossesses de ces femmes.

« Quand je donnais à ces futures mamans, plusieurs ont eu les larmes aux yeux, raconte Nancy Frappier, directrices du centre HPP. L’une d’entre elles m’a dit qu’elle ne s’attendait pas à être aussi belle enceinte. Souvent, nos clientes ont une mauvaise estime de soi. Ces photos les aident à voir à quel point elles sont fortes et belles. »

Cet article initialement publié sur le Huffington Post États-Unis a été traduit de l’anglais.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Enceinte, elle se prend en photo tous les mois dans la même pose
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction