POLITIQUE

Le candidat à la direction du PQ Pierre Céré inquiet pour l'avenir du parti

02/05/2015 05:50 EDT | Actualisé 02/05/2015 05:51 EDT
Radio-Canada

À moins de deux semaines de l'élection du prochain chef du Parti québécois (PQ), le candidat Pierre Céré s'inquiète pour l'avenir de sa formation politique. Dans une entrevue aux Coulisses du pouvoir, il affirme que les militants sont à la recherche d'un sauveur et que la course n'a pas permis de tenir les débats qui s'imposaient pour renouveler le parti.

Un texte de Mylène Crête

« Est-ce que Pierre Karl Péladeau est en train de s'acheter un parti, demande-t-il en reprenant la question qu'il avait ouvertement posée en début de course. Je vois des symptômes de convergence qui s'élargissent vers un parti politique qui est le mien. Suis-je inquiet ? Oui. »

Pierre Karl Péladeau, considéré comme le meneur de cette course, est l'actionnaire de contrôle de l'empire médiatique Québecor. Une situation qui teinte le débat public, selon Pierre Céré, même si son rival a promis de placer ses actions dans une fiducie sans droit de regard advenant qu'il soit élu chef du PQ.

« On voit toutes ces questions-là envahir l'espace public et politique au PQ et c'est ça qui soulève des questions. »

Pierre Céré, candidat à la direction du PQ

Pierre Céré cite en exemple la sortie récente de la productrice Julie Snyder, conjointe de Pierre Karl Péladeau, qui juge sexiste et discriminatoire la modification des critères d'admissibilité de crédits d'impôt destinés à la production d'émission de télévision. Ces changements menaceraient la survie de son entreprise, Productions J. « Je n'ai jamais vu ça dans l'histoire du PQ que des histoires d'affaires qui relèvent du candidat ou de sa conjointe viennent entacher comme ça le débat politique, dit-il. Il y a quelque chose de dérangeant. »

Pierre Céré n'est pas le seul à avoir fait connaître ses inquiétudes sur cette question. Depuis le début de la course à la direction du PQ, plusieurs voix se sont élevées dont celle du député et ex-candidat Jean-François Lisée. L'automne dernier, une motion a été adoptée à l'Assemblée nationale pour interdire à un député de contrôler une entreprise de presse.

« Il devrait y avoir des coupe-feu, ajoute-t-il. C'est ça toute la problématique qui est soulevée et c'est ça que M. Péladeau doit comprendre. Ça presse, je pense, de trouver des solutions. »

Se rendra-t-il au fil d'arrivée ?

Seul candidat à ne pas être député, Pierre Céré s'est lancé dans la course pour provoquer le débat au sein du parti. Prise de contrôle de l'exploitation des ressources naturelles, réduction du temps de travail pour favoriser la conciliation travail-famille, congé payé de quatre semaines : il propose de faire du Québec une « Nouvelle Norvège » avec des politiques sociales-démocrates.

Toutefois, ses moyens financiers sont limités. Il peine à accumuler les derniers 10 000 $ qu'il doit remettre pour officialiser sa candidature. C'est pourquoi il compte solliciter un appui financier lors des deux derniers débats qui se tiendront les 3 et 7 mai. « À tous les jours, on reçoit des contributions, explique-t-il. Nos dépenses sont couvertes, mais on est dans la même situation qu'au mois de janvier. Il faut aller chercher le 10 000 $. J'ai confiance qu'on va y arriver, puis que le 12 on va arriver avec notre chèque à la grande surprise de bien des gens. »

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Chefferie du PQ: leurs positions sur la charte et la souveraineté