NOUVELLES

Séisme au Népal: le bilan s'alourdit à 4 310 morts, près de 8 000 blessés (VIDÉO)

27/04/2015 05:49 EDT | Actualisé 27/06/2015 05:12 EDT

Le bilan du séisme survenu samedi au Népal s'est alourdi à 4 310 morts, a annoncé mardi un porte-parole du ministère de l'Intérieur.

La catastrophe a fait également 7 953 blessés, a précisé Laxmi Prasad Dhakal. Dans les pays voisins du Népal, près de 100 personnes ont également trouvé la mort.

Les secouristes tentaient mardi de rejoindre les régions reculées proches de l'épicentre du tremblement de terre de magnitude 7,8.

Le séisme a dévasté la capitale Katmandou et provoqué l'exode de ses habitants sinistrés. Il a également déclenché une série d'avalanches sur le Mont Everest où se trouvaient des centaines de personnes en ce début de saison d'alpinisme. Dix-huit personnes ont trouvé la mort sur le toit du monde.

» Voyez notre blogue en direct au bas de l'article

Le tremblement de terre a également déclenché une avalanche sur le mont Everest, où une vague de neige comparée par un survivant à un "immeuble blanc de 50 étages" a déferlé sur le camp de base.

Dix-huit décès ont été confirmés dans le massif où se trouvaient en ce début de saison d'alpinisme 800 personnes, dont de nombreux étrangers, selon les estimations de responsables locaux.

'Pourquoi toutes ces répliques?'

A Katmandou, des dizaines de milliers d'habitants ont passé une nouvelle nuit dehors, sous des tentes de fortune.

"C'est un cauchemar, pourquoi ces répliques ne cessent-elles pas?", se désespère Sanu Ranjitkar, une femme de 70 ans agrippée à son chien, le visage recouvert d'un masque à oxygène, assise sous une bâche.

Le sol tremble encore régulièrement et beaucoup n'ont pas fermé l'oeil de la nuit, n'ayant que quelques bâches de plastique pour se protéger des fortes pluies qui se sont abattues sur la ville.

"Il y a tellement de peur et de confusion", constate Bijay Sreshth en tentant d'écouter la radio dans l'espoir d'entendre un message du gouvernement.

"Nous ne savons pas ce que nous allons devenir et le temps que nous allons passer ici", dit ce père de trois enfants, qui s'est réfugié avec eux, sa femme et sa mère dans un parc.

A Balaju, un quartier de la capitale, un père a eu la douleur de voir la police retirer le corps de sa fille des décombres de leur maison. "Elle était tout pour moi, elle n'a rien fait, elle ne devait pas mourir", dit Dayaram Mohat en s'effondrant sur le sol.

Les survivants ont besoin d'eau potable et de denrées de base tandis que les zones rurales attendent désespérément l'arrivée de secours, selon un responsable du gouvernement.

"Nous avons besoin d'hélicoptères pour les opérations de secours dans les zones rurales", explique le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Laxmi Prasad Dhakal. "Nous avons aussi besoin d'eau potable et de vivres pour les survivants".

La situation difficile des rescapés est aggravée par les coupures de courant et la fragilité des réseaux de communication, au bord de l'implosion.

Les autorités népalaises expliquent qu'elles font le maximum pour venir en aide aux régions isolées les plus proches de l'épicentre du séisme, à environ 80 kilomètres au nord-ouest de Katmandou.

En annonçant le dernier bilan du désastre, un responsable du service de gestion des catastrophes a souligné que les secouristes tenteraient aussi lundi de dégager les personnes prises au piège dans les décombres des immeubles effondrés.

Médicaments et couvertures

"Aujourd'hui, nous allons tenter de trouver des survivants dans les décombres des immeubles élevés qui se sont écroulés", a dit à l'AFP Rameshwor Dangal.

En particulier, la tour historique de Dharhara, l'une des attractions touristiques majeures de la capitale sur la place du Durbar, n'est plus que ruines.

Selon la police, qui se fonde sur la billetterie, environ 150 personnes visitaient la tour blanche de neuf étages, dotée d'un escalier en spirale de 200 marches et surmontée d'un minaret de bronze datant du XIXe siècle, lorsqu'elle s'est écroulée.

Les secouristes népalais reçoivent le renfort de centaines d'humanitaires venus de pays comme la Chine, l'Inde ou les Etats-Unis.

Environ 70 Américains sont ainsi en route pour le Népal alors que Washington a annoncé le déblocage d'une première enveloppe d'un million de dollars.

Londres a annoncé 5 millions de livres, le Canada 5 millions de dollars et l'Union européenne 3 millions d'euros.

Des ONG françaises, comme Médecins du Monde (MDM), Handicap International et Action contre la faim ont déjà des équipes à pied d'oeuvre.

Les hôpitaux sont débordés et les médecins mobilisés 24 heures sur 24 pour soigner les blessés dans des conditions très difficiles. Des chirurgiens ont dû opérer dans des théâtres de fortune érigés sur des parkings. Les morgues arrivent, elles, à saturation.

La ville de Pokhara, très fréquentée par les amateurs de sports d'aventure et située à 70 km à l'ouest de l'épicentre, a en revanche été largement préservée des effets du séisme et les touristes poursuivaient leurs vacances, a rapporté une journaliste de l'AFP.

Occupée à sangler son matériel de parapente, Caroline Ahern, une Irlandaise de 26 ans, explique qu'elle espère toujours revenir en avion à Katmandou en fin de semaine.

"Le séisme n'a pas provoqué de gros dommages en tant que tel mais les gens étaient vraiment paniqués", dit-elle. "C'était comme être sur un bateau incontrôlable".

Le Népal, à l'instar de toute la région himalayenne, où se rencontrent les plaques tectoniques indienne et eurasienne, est une région à forte activité sismique.

En août 1988, un séisme de magnitude 6,8 avait fait 721 morts dans l'est du Népal. En 1934, un tremblement de terre de magnitude 8,1 avait tué 10 700 personnes au Népal et en Inde.


Séisme meurtrier au Népal



LIRE AUSSI:

» Comprendre le séisme au Népal (VIDÉO)

» Plus de 300 Canadiens sur place

» Des Canadiens bloqués au Népal

» Un cadre dirigeant de Google tué sur le mont Everest

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter