NOUVELLES

Égalité des sexes: l'austérité nuit surtout aux femmes, selon l'ONU

27/04/2015 11:22 EDT | Actualisé 27/04/2015 11:23 EDT
Getty
Women and young girls hold up their fists during a protest against the Egyptian military's ouster of president Mohamed Morsi at the Place de l'Obelisque in Dakar on August 22, 2013. More than 1,000 people have been killed in Egypt the past week in violence following the forcible break-up of two pro-Morsi camps in the capital. AFP PHOTO / SEYLLOU (Photo credit should read SEYLLOU/AFP/Getty Images)

Les politiques d'austérité nuisent à la promotion et à la place des femmes dans le monde du travail, selon un rapport ONU Femmes rendu public lundi.

Dans son rapport, l’entité des Nations unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes déplore qu'à "une époque de richesses mondiales sans précédent" des millions de femmes soient encore "reléguées à des emplois peu rémunérés et de qualité médiocre" et se voient encore "refuser les soins de santé de base ainsi que l'accès à de l'eau propre et à des systèmes d'assainissement décents".

Dans le monde, le salaire moyen des femmes est toujours inférieur de 24% à celui des hommes, un écart qui s'amplifie encore si les femmes ont des enfants.

"De Wall Street aux champs de canne à sucre, les normes entre les deux sexes se font au détriment des femmes", a souligné la directrice exécutive d'ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, lundi à Londres.

Dans les pays européens, les politiques d'austérité mises en place ont doublement nui à la cause des femmes qui sont à la fois plus dépendantes des services publics au quotidien et y sont aussi davantage représentées au niveau de l'emploi.

"Afin de développer des économies plus justes et plus durables, qui fonctionnent pour les femmes et les hommes, un avenir avec plus d'austérité et de coupes budgétaires ne conviendra plus", souligne le rapport, publié vingt ans après la quatrième Conférence mondiale sur les femmes à Pékin qui avait établi un programme ambitieux pour faire progresser l'égalité de genre.

Dans les régions en développement, note le rapport, jusqu'à 95% des emplois occupés par les femmes ne sont pas protégés par les lois sur le travail et ne bénéficient pas de protection sociale.

Mais dans les pays occidentaux aussi, les écarts restent importants. En France et en Suède, sur toute une vie, une femme peut s'attendre à gagner 31% de moins qu'un homme. En Allemagne et en Turquie, c'est même respectivement 49% et 75% de moins.

"Un des principaux problèmes c'est que le fardeau du travail à la maison repose souvent encore entièrement sur les femmes, qu'il s'agisse de s'occuper des enfants ou des personnes âgées, ou de marcher des kilomètres tous les jours pour aller chercher de l'eau", a ajouté Phumzile Mlambo-Ngcuka.

Les femmes sont reléguées à un ensemble limité de professions sous-évaluées, note encore le rapport, et 83% des travailleurs domestiques dans le monde sont des femmes, dont près de la moitié n'a pas droit au salaire minimum.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

99 femmes les plus remarquables de 2015 selon Askmen.com