NOUVELLES

Démission de l'exécutif de l'ASSÉ

05/04/2015 09:22 EDT | Actualisé 06/04/2015 12:55 EDT
PC

Les membres du comité exécutif de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE) ont payé cher leur suggestion de reporter la grève à l'automne : ils ont été destitués dans le cadre du congrès qui se déroule en fin de semaine à Salaberry-de-Valleyfield, en Montérégie.

Peu de détails ont filtré depuis hier, puisque la réunion se déroule à huis clos.

Deux sources contactées par Radio-Canada ont toutefois confirmé que les membres du comité exécutif, dont la porte-parole Camille Godbout, ont été démis de leurs fonctions. Deux autres sources ont précisé que la motion de destitution avait été adoptée après que les membres de l'exécutif eurent remis leurs démissions qui devaient être effectives à la fin du congrès, dimanche.

L'ASSE doit, dans tous les cas, publier un communiqué à l'issue du congrès pour faire le point sur la situation.

Les étudiants sont divisés sur la direction que doit prendre la grève, qui a perturbé les salles de classe dans plusieurs cégeps et universités depuis le 21 mars. Dans un texte de réflexion transmis à ses associations membres cette semaine, l'exécutif de l'ASSE a admis songer à l'idée de reporter la grève, pour mieux la reprendre à l'automne avec les syndicats. Le rapport de force avec le gouvernement n'en serait alors que plus grand, faisait-il valoir.

Des militants du comité Printemps 2015 se sont toutefois opposés publiquement à cette idée, notamment lors de la manifestation de vendredi.

Les revendications des étudiants sont aussi multiples qu'ambitieuses. Ils réclament notamment l'annulation de toutes les mesures d'austérité imposées par le gouvernement de Philippe Couillard depuis l'arrivée au pouvoir des libéraux en avril 2014, ainsi que l'imposition d'un moratoire sur l'exploitation des hydrocarbures sur le territoire québécois.

D'autres étudiants, associés à la Fondation 1625, s'opposent à la grève. Ses leaders multiplient les recours juridiques pour obtenir des injonctions afin de permettre aux étudiants qui n'ont pas voté pour la grève d'assister à leurs cours.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestation étudiante du 23 mars à Montréal