POLITIQUE

Les étudiants des quatre facultés de médecine se mobilisent avec #objection20 (VIDÉO/PHOTOS)

30/03/2015 05:53 EDT | Actualisé 30/03/2015 05:53 EDT

Campagne de photos aux slogans-chocs, manifestation avec sarraus et stéthoscopes, lancement du mouvement #objection20 sur les réseaux sociaux : les étudiants des quatre facultés de médecine du Québec se mobilisent aujourd'hui contre le projet de loi 20 pour défendre ce qu'ils disent être l'avenir de leur pratique.

Un texte de Julie Marceau

Les étudiants en médecine de l'Université de Montréal ont été les premiers à se prononcer il y a trois semaines pour une journée de débrayage le 30 mars. Les étudiants de l'Université de Sherbrooke, de l'Université McGill et de l'Université Laval ont emboîté le pas.

Ils craignent que le projet de loi 20 soit adopté tel quel, faisant fi des critiques formulées en commission parlementaire. Le projet de loi oblige notamment les médecins de famille à voir un nombre minimum de patients.

#objection20: les étudiants en médecine se mobilisent

« Rendre la relation médecin-patient calculable, ça va contre les valeurs qui nous sont enseignées », explique la présidente de l'Association des étudiants en médecine de l'Université de Montréal (AÉÉMUM), Ariane Veilleux Carpentier.

« On pense qu'il y aura moins de candidatures en médecine familiale et certains étudiants pourraient carrément quitter la province », s'inquiète Jessica Ruel-Laliberté, présidente du Regroupement des étudiants en médecine de l'Université Laval (RÉMUL).

Ce matin, des autobus sont partis de Montréal, de Sherbrooke, de Trois-Rivières et de Saguenay pour une manifestation devant l'Assemblée nationale, qui débutera à 11 h. L'itinéraire a été remis aux policiers.

En plus des cours, certains étudiants manqueront leur externat en milieu hospitalier. « Cette journée de débrayage a des impacts pour nous et nos patients parce qu'à l'externat on fait partie de l'équipe médicale. Ça nous fait un pincement au cœur, mais on se dit que ce projet pourrait faire du tort à nos patients à long terme », explique Andrée-Anne Duchesneau, étudiante à l'Université de Montréal.

« On sacrifie une journée pour une vision à long terme. » — Andrée-Anne Duchesneau, étudiante en médecine à l'Université de Montréal (externe junior)

Regroupement historique

« Nous vivons un moment historique. Pour la première fois, les quatre associations de médecine du Québec se rassembleront. En 2012, des associations s'étaient prononcées contre les hausses [des droits de scolarité], mais ce n'était pas un mouvement à l'unisson », explique le président de la Fédération médicale étudiante du Québec (FMEQ), Serge Keverian.

Les partisans de la campagne #objection20 se distancient toutefois du large mouvement de grève étudiant Printemps 2015 dans le but d'éviter de diluer leur message. Les étudiants soutiennent cependant que leur cause peut être vue comme un symbole fort des mesures d'austérité.

« Je crois que le projet de loi 20 s'inscrit de façon entière dans le débat de l'austérité, parce que si on pense d'un point de vue santé publique, toutes les composantes du filet social sont interreliées. Si on s'attaque à l'éducation, on s'attaque ultimement à la santé. Donc je pense que les médecins doivent se sentir solidaires face aux luttes des autres groupes aussi », explique Christophe Tra, externe à l'Université de Montréal.

« Nos études sont extrêmement exigeantes, ajoute Emma Glaser. On a fait énormément de travail pour que les gens viennent. Les étudiants en médecine comprennent que le projet de loi 20 est la symbolique extrême de cette logique d'efficacité et de productivité du gouvernement. »

Le ministre Barrette défend son projet

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette affirme que son projet de loi est nécessaire pour que les Québécois aient un meilleur accès aux services de santé. « Le nombre de médecins augmente, les investissements augmentent, on donne des primes et l'accès diminue. C'est la démonstration parfaite de la nécessité de faire des changements », a-t-il souligné en entrevue avec Radio-Canada.

Mobilisation sur les réseaux sociaux

Pour marquer le coup, les étudiants ont eu l'idée d'illustrer les différentes préoccupations des étudiants à l'aide de photographies. Des étudiants des autres facultés ont repris le concept et envoyé les photos à l'AÉÉMUM, qui a créé une page Facebook baptisée « Les étudiants en médecine photogéniques contre le projet de loi 20 ».

« Certaines personnes ont centré leurs prises de position sur la fertilité, [...] sur l'avortement... toutes sortes de décisions qui viennent du projet de loi 20 que les gens ne connaissent pas nécessairement », explique Béatrice Voizard, étudiante en médecine à l'Université de Montréal.

Les étudiants en médecine prévoient manifester lundi à Québec. Des autobus partiront de Montréal, Sherbrooke, Trois-Rivières et Saguenay. Une marche débutera à 11 h et se rendra devant l'Assemblée nationale. L'itinéraire a été remis aux policiers.

En plus des cours, certains étudiants manqueront leur externat en milieu hospitalier. « Cette journée de débrayage a des impacts pour nous et nos patients parce qu'à l'externat on fait partie de l'équipe médicale. Ça nous fait un pincement au cœur, mais on se dit que ce projet pourrait faire du tort à nos patients à long terme », explique Andrée-Anne Duchesneau, étudiante à l'Université de Montréal.

Des médecins plus accessibles, mais à quel prix?

Selon les étudiants, les médecins traiteront peut-être davantage de patients si le projet de loi 20 est adopté, mais les plus vulnérables ne seront pas mieux servis pour autant.

« Donner une pilule à un patient en cinq minutes, c'est le guérir pour une journée. Prendre le temps de lui expliquer sa maladie, c'est le guérir pour la vie », souligne Gabriel Dion, qui étudie la médecine à l'Université de Montréal.

« Les médecins vont se bâtir une clientèle pour atteindre des cibles spécifiques et très comptables », déplore l'un de ses camarades, Philippe Giguère.

Vote à l'Université de Montréal (10 mars)

Taux de participation : 111 sur 1400 étudiants

Résultat : 100 % pour

Vote à l'Université McGill (17 mars)

Taux de participation : 96 sur 734 étudiants

Résultat : 80 % pour

Vote à l'Université de Sherbrooke (17 mars)

Taux de participation : 200 sur 830 étudiants

Résultat : 100 % pour

Vote à l'Université Laval (27 mars)

Taux de participation : 700 sur 1000 étudiants

Résultat : 79 % en faveur

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestation étudiante du 28 mars 2015