NOUVELLES

La Flore laurentienne de Marie-Victorin a 80 ans

29/03/2015 01:57 EDT | Actualisé 30/05/2015 05:12 EDT
Frère Rolland-Germain

La célèbre Flore laurentienne du frère Marie-Victorin aura 80 ans le 1er avril. Il s'agit d'un livre phare dans l'histoire des sciences au Québec, une œuvre monumentale qu'on peut encore lire et utiliser aujourd'hui.

Un texte de Yanick Villedieu

L'ouvrage impressionne. Avec ses 917 pages grand format, ses 22 cartes et ses 2800 dessins, il est le fruit d'une trentaine d'années de travail. Marie-Victorin et ses collaborateurs ont en effet recueilli, classé, caractérisé des dizaines de milliers de spécimens pour dresser ce panorama détaillé de la flore du sud du Québec. Une flore qui couvre un territoire allant de l'Outaouais au Bas-du-Fleuve, de la frontière américaine à l'Abitibi et au lac Saint-Jean et Saguenay - donc, ce qu'on peut appeler la Laurentie, un découpage, il est vrai, plus politique que géologique ou botanique.

Ce qui est aussi remarquable de cette flore, c'est que, pour l'époque, elle était très bien illustrée. Savante (noms latins des plantes, descriptions précises, termes techniques précis en français, classifications, etc.), elle était aussi vulgarisée.

Pas étonnant qu'elle ait connu une « carrière » exceptionnelle pour un livre de cette nature : après la première édition de 1935, elle a eu une deuxième édition, avec des mises à jour, en 1964, puis une troisième, en 1995. Elle est toujours disponible aux Presses de l'Université de Montréal. Et elle est partiellement en ligne sur le site www.florelaurentienne.com.

La Flore laurentienne a un caractère tout à fait inusité de par ses commentaires ethnobotaniques et écologiques, selon le botaniste et conservateur de l'Herbier Marie-Victorin de l'Université de Montréal, Luc Brouillet.

Grand botaniste, Marie-Victorin a été plus qu'un scientifique. Il a aussi été un bâtisseur, notamment du Jardin botanique de Montréal, son autre grande réalisation avec sa Flore laurentienne.

Plus encore, il a aussi été un bâtisseur de la communauté scientifique canadienne-française. Professeur à l'Université de Montréal dès 1920 (quand l'université s'affranchit de la tutelle de l'Université Laval, dont elle était une succursale), il a fondé l'Institut botanique, en 1922, puis cofondé l'ACFAS, en 1923. Rappelons que l'ACFAS, l'Association canadienne-française pour l'avancement des sciences, a été à l'avant-garde de la formation d'une culture et d'une élite scientifiques de langue française. Toujours dans le but d'éveiller les jeunes à la science, l'inlassable frère des écoles chrétiennes a aussi été le promoteur des cercles des jeunes naturalistes, au début des années 30, un mouvement qui compta rapidement des dizaines de milliers de membres.

Marie-Victorin a été un environnementaliste avant le mot, préoccupé au premier chef par la conservation de la nature et de ses ressources, selon René Audet, qui dirige l'Institut des sciences de l'environnement de l'Université du Québec à Montréal.

Figure intellectuelle majeure de l'entre-deux-guerres, Marie-Victorin a été un précurseur de la modernité et de la Révolution tranquille. En formant une génération de chercheurs influents, dont l'écologiste Pierre Dansereau. En affirmant que l'avenir du Québec passait par l'éducation, la science et la recherche. Et en se faisant le champion de l'ouverture au monde du Québec; pas du repli sur soi, comme l'explique Yves Gingras, historien des sciences à l'Université du Québec à Montréal.

Né en 1885, Conrad Kirouac, dit frère Marie-Victorin, est mort en 1944 dans un accident d'auto. Il avait 59 ans.

On peut écouter deux de ses conférences présentées en 1943 dans son émission La cité des plantes, à Radio-Collège, sur les ondes de Radio-Canada.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • Un roman d'anticipation pour flipper: 1984 de George Orwell
    DR
    Dès 1949, George Orwell réussissait à faire frémir de peur ses lecteurs grâce à la société imaginaire et dark dépeinte dans son roman 1984. Le romancier y décrit une Grande-Bretagne bouffée par un régime totalitaire inspiré du nazisme et du stalinisme. Entre les mensonges du Parti Extérieur, l\'amnésie sélective des habitants et la négation des sentiments, Winston Smith, 39 ans, fait tout ce qu\'il peut pour dissimuler ses opinions contestataires. Mais sa rencontre avec la belle Julia va lui faire croire qu\'un soulèvement est possible... Entre dystopie et science-fiction, 1984 continue de faire froid dans le dos, plus de 65 ans après sa publication.

    \nEditions Folio, prix: 8,50 euros
  • Un polar pour frémir: Le Dahlia Noir de James Ellroy
    DR
    Attention, thriller culte. Paru en 1987, ce roman policier s\'inspire d\'un célèbre fait divers : l\'assassinat d\'Elizabeth Ann Short, une aspirante actrice de 22 ans, retrouvée dans un terrain vague de Los Angeles le corps affreusement mutilé. A ce meurtre jamais élucidé, James Ellroy mêle deux enquêteurs fictionnels, Bucky et Lee. Dur, violent, parfois sadique, Le Dahlia Noir n\'est pas qu\'un simple roman policier, c\'est avant tout une oeuvre qui érige la ville de L.A. en véritable héroïne.

    \nEditions Rivage Noir, prix: 9,65 euros
  • Un livre féministe pour réfléchir: La cause des femmes de Gisèle Halimi
    DR
    Cet ouvrage est essentiel pour comprendre l\'émancipation des femmes en France. Il relate le procès de Bobigny en 1972 durant lequel cinq femmes comparaissaient pour avortement et complicité d\'avortement. Marie-Claire, 16 ans, était au centre du procès. Violée par un garçon de son lycée, elle avait eu recours à l\'IVG avec la complicité de sa mère et d\'amies à elle. Ce livre donne la parole à la jeune fille ainsi qu\'à Gisèle Halimi, l\'avocate des cinq femmes et féministe engagée. Le procès de Bobigny contribua à la dépénalisation de l\'avortement. Un livre toujours important alors que la loi Veil fêtait récemment ses 40 ans.

    \nEditions Folio, prix: 9 euros
  • Un recueil de lettres pour s'émouvoir: Lettres à Fanny de John Keats
    DR
    Poète emblématique du romantisme anglais, John Keats s\'éprend un jour de la fille de ses nouveaux voisins, Fanny Brawne. Les deux jeunes gens vivront une passion dévorante mais difficile car hantée par la maladie du poète. Ce recueil met en lumière 37 lettres écrites durant les deux dernières années de la vie de John Keats, emporté par la tuberculose à seulement 25 ans et à des kilomètres de son amour. Teintée d\'une poésie pure et vulnérable, cette correspondance doit se savourer avec la plus grande délicatesse.

    \nEditions Rivages poche, prix: 7,65 euros
  • Un livre franchement drôle pour rire : Pourquoi j'ai mangé mon père de Roy Lewis
    DR
    C\'est en 1960 que le Britannique Roy Lewis publie ce roman désopilant et réjouissant. Ernest, un jeune homme préhistorique du Pléistocène moyen raconte les aventures de sa famille, et surtout de son père, Edouard, un inventeur. Toujours à l\'affût de nouvelles idées, il invente le feu et même l\'arc. Mais entre ceux qui veulent évoluer et ceux qui ont peur du changement, les situations cocasses vont s\'enchaîner à une allure folle. Un livre décalé, où notre société moderne se voit projeter chez nos ancêtres préhistoriques.

    \nEditions Pocket, prix: 4,90 euros