La vidéo de Michael Zehaf-Bibeau dévoilée (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Décrit par le commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Bob Paulson, comme un terroriste, l'auteur de l'attaque contre le Parlement canadien, Michael Zehaf-Bibeau, a tourné une vidéo expliquant son geste quelques instants avant d'ouvrir le feu sur le caporal Nathan Cirillo. Ce dernier montait la garde au pied du monument commémoratif de guerre du Canada lorsqu'il a été abattu par Zehaf-Bibeau le 22 octobre dernier.

Sur un ton calme malgré un débit rapide, il débite son discours d'un trait justifiant son geste en dénonçant la présence militaire canadienne en Irak et l'intervention militaire occidentale en Afghanistan.

« C'est donc pour venger les moudjahidin du monde entier, avance Zehaf-Bibeau. Canada est devenu officiellement un de nos ennemis en nous déclarant la guerre et en nous bombardant ainsi créant beaucoup de terreur dans nos pays en nous assassinant et tuant nos innocents. »

« Alors, je vais juste cibler quelques-uns de vos soldats, juste pour démontrer que vous n'êtes aucunement en sécurité dans votre propre pays, vous devriez faire attention. » — Michael Zehaf-Bibeau

Le commissaire Paulson a dévoilé ce matin la vidéo devant le Comité permanent de la sécurité publique et nationale. La police fédérale se base sur la bande vidéo pour imputer au tireur des motifs d'ordre « idéologiques et politiques ».

La GRC a décidé d'amputer 18 secondes la bande qui est présentée au comité, sans en préciser les raisons.

« Nous devions tenir compte de l'impact de cette diffusion sur l'enquête ainsi que sur d'autres individus », a dit M. Paulson en début de présentation. La vidéo a été amputé de 13 secondes au début et de 5 autres secondes à la fin.

M. Paulson explique que 131 enquêteurs travaillent toujours sur l'affaire et que 400 personnes - dont des collègues et des gens qui ont voyagé avec Zehaf-Bibeau - ont été interrogées dans le cadre de cette enquête. Il souligne que Zehaf-Bibeau s'est radicalisé au cours des dernières années de sa vie.

Bob Paulson affirme que ce n'est pas son intention d'influencer le débat politique en diffusant la vidéo.

Transcription partielle fournie par la GRC :

A ceux qui sont impliqués et regardent cette vidéo, ceci est en représailles pour l’Afghanistan et aussi parce que Harper a décidé d’envoyer ses troupes en Iraq.

C’est donc pour venger les Mujahedins du monde entier. Canada est devenu officiellement un de nos ennemis en nous déclarant la guerre et en nous bombardant ainsi créant beaucoup de terreur dans nos pays en nous assassinant et tuant nos innocents. Alors, je vais juste cibler quelques-uns de vos soldats, juste pour démontrer que vous n’êtes aucunement en sécurité dans votre propre pays, vous devriez faire attention.

Alors, que le Seigneur puisse accepter notre geste. C’est un déshonneur dans lequel vous tombez en oubliant Dieu, gérant ainsi votre pays sans aucune décence. Nous ne, nous ne voulons pas ceci. Nous sommes des bonnes personnes, vertueux et qui croyons en Dieu, en ses Lois et ses prophètes, que la paix et le salut soit sur eux tous. Et mon message à vous tous en ceci est que si Dieu le veut nous n’arrêterons pas jusqu’à ce que vous décidiez d’être un pays paisible et que vous occupiez de vos propres affaires, que vous arrêtiez d’aller attaquer et envahir d’autres pays et tuer nos plus vertueux qui essayent de rétablir la Loi de Dieu dans nos pays.

Merci.

La décision saluée par le gouvernement et l'opposition

Le gouvernement Harper ainsi que le Parti libéral et le Nouveau Parti démocratique avaient appelé à la levée de l'embargo sur la fameuse vidéo. Ces partis s'étaient réjouis cette semaine de la décision de la GRC de la rendre publique.

Michael Zehaf-Bibeau a assassiné le 22 octobre le caporal Nathan Cirillo, qui montait la garde au pied du monument commémoratif de guerre du Canada, avant d'entrer dans l'édifice du Centre du parlement d'Ottawa avec un fusil de chasse.

Il a finalement été abattu par les services de sécurité après être passé devant les salles de caucus où étaient réunis les députés du Parti conservateur - dont le premier ministre Harper - et du NPD.

Si le commissaire Paulson se présente devant le comité formé de parlementaires, vendredi, c'est parce que celui-ci a adopté une motion pour l'enjoindre à le faire, le 17 février dernier.

Le comité sénatorial qui se penche sur les dossiers reliés à la sécurité nationale a emboîté le pas, demandant au grand patron de la GRC de rendre publique « la vidéo non censurée » au moment jugé approprié ou à la conclusion de l'enquête dans une lettre datée du 25 février.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Fusillade à Ottawa
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction