NOUVELLES

Washington condamne le bris du cessez-le-feu ukrainien et met Moscou en garde

17/02/2015 08:53 EST | Actualisé 17/02/2015 08:53 EST
ASSOCIATED PRESS
Vice President Joe Biden speaks to students faculty and staff at Harvard University's Kennedy School of Government in Cambridge, Mass. Thursday, Oct. 2, 2014. (AP Photo/Winslow Townson)

Le vice-président américain Joe Biden a mis en garde mardi la Russie, condamnant « fermement » la violation du cessez-le-feu dans l’est de l’Ukraine par des « séparatistes agissant de concert avec les forces russes ».

Lors d’un entretien téléphonique mardi avec le président ukrainien Petro Porochenko, Joe Biden a affirmé que si Moscou continuait à violer les accords de Minsk, trois jours à peine après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, « le prix à payer pour la Russie serait plus lourd ».

La violation du cessez-le-feu, entré en vigueur dimanche selon les accords de Minsk conclus le 12 février dernier, a été officiellement confirmée par les observateurs de l’OSCE (organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), ont noté les deux dirigeants lors de leur conversation.

Les rebelles ukrainiens sont entrés mardi dans Debaltseve, une ville stratégique pour le contrôle de l’Est de l’Ukraine qui était ces dernières semaines le point le plus chaud de la ligne du front.

« Le vice-président a également fermement condamné le fait que la Russie et les séparatistes empêchent l’accès de Debaltseve aux observateurs de l’OSCE, permettant ainsi aux séparatistes de poursuivre leur offensive sans aucune inhibition », précise encore le communiqué de la Maison-Blanche.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • UKRAINE-UNREST-POLITICS
    Getty Editorial
    A photo of Ukrainian President Viktor Yanukovych is seen on a dart board on Kiev's Independence Square on February 25, 2014. Ukraine's interim leader on February 25 delayed the appointment of a new unity government until February 27 as the country sought to find a way out of its most serious crisis since independence. AFP PHOTO/BULENT KILIC (Photo credit should read BULENT KILIC/AFP/Getty Images)