POLITIQUE

La députée Eve Adams quitte le Parti conservateur pour les libéraux (VIDÉO)

09/02/2015 09:23 EST | Actualisé 09/02/2015 09:23 EST

La députée fédérale de Mississauga-Brampton-Sud, Eve Adams, claque la porte du Parti conservateur et se joint au Parti libéral. Elle en a fait l'annonce lors d'une conférence de presse conjointe avec le chef libéral Justin Trudeau.

La femme de 41 ans, qui était aussi secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé, Rona Ambrose, a fait savoir qu'elle entendait se présenter dans la grande région de Toronto lors des prochaines élections fédérales, prévues l'automne prochain.

Mme Adams a expliqué qu'elle militait pour le Parti conservateur depuis l'âge de 14 ans, mais qu'elle n'était plus en mesure d'appuyer le « leadership mesquin » du premier ministre Stephen Harper.

« Je veux travailler avec quelqu'un qui inspire, pas avec ceux qui alimentent la peur et les intimidateurs. »

— Eve Adams

Contre le fractionnement du revenu

Elle a notamment évoqué son désaccord au sujet du fractionnement du revenu, une mesure qui ne profitera qu'aux plus riches, selon elle, alors qu'elle sera financée par la classe moyenne.

Eve Adams, qui siégera dès maintenant au sein du caucus libéral, a elle-même approché Justin Trudeau.

Le chef libéral a dit n'avoir aucun problème avec le fait qu'une députée élue sous la bannière conservatrice siège dans les rangs libéraux.

« La réalité, c'est qu'on est élu par nos commettants, pour être de bons représentants, fidèles aux valeurs de la communauté, mais aussi fidèles à nos propres valeurs », a-t-il commenté.

« Et Eve a décidé que la meilleure façon de servir sa communauté, les gens qu'elle veut représenter, était de représenter un parti qui unissait, qui choisissait des actions positives et non des attaques et de la division. »

Persona non grata

Selon le président du Parti conservateur, John Walsh, Eve Adams avait été prévenu par écrit le 29 janvier qu'elle ne pourrait pas défendre les couleurs du parti lors de la prochaine élection, en raison de son « inconduite » lors de la course à l'investiture pour la nouvelle circonscription d'Oakville-Nord-Burlington l'an dernier.

Il affirme que la députée avait demandé la permission de briguer l'investiture dans une autre circonscription il y a tout juste deux semaines.

Eve Adams avait décidé de briguer l'investiture conservatrice dans Oakville-Nord-Burlington l'an dernier, puisque la circonscription qu'elle représente actuellement sera scindée en vertu de la nouvelle carte électorale. Elle s'est désistée en août en expliquant qu'elle devait se remettre d'une commotion cérébrale.

Elle dit être complètement rétablie aujourd'hui.

La candidature de Mme Adams avait cependant été empreinte de controverses. Dimitri Soudas, le fiancé de Mme Adams, a notamment dû démissionner de ses fonctions de directeur général du Parti conservateur après des plaintes selon lesquelles il se servait de son poste pour aider Mme Adams.

Interrogée au sujet de M. Soudas, Eve Adams s'est contentée de dire que « sa famille l'appuyait à 100 % ».

Enquête

Le premier ministre Harper avait aussi demandé aux instances du parti d'enquêter sur Mme Adams en avril dernier, après que le président de l'association conservatrice de la circonscription d'Oakville-Nord-Burlington, Mark Fedak, eut dénoncé ses agissements.

M. Fedak reprochait notamment à Mme Adams d'utiliser des privilèges postaux conférés aux députés pour faire campagne dans la circonscription. Il se plaignait aussi de ses interventions inopportunes auprès de l'association conservatrice locale.

Cynisme

Le député néo-démocrate Charlie Angus soutient qu'Eve Adams pense à sa carrière avant de penser à ses électeurs et que le Parti libéral fait preuve de « cynisme » en l'accueillant dans ses rangs.

« Nous croyons que changer d'affiliation pendant un mandat nécessite l'approbation des électeurs », dit-il, en rappelant que le NPD a présenté un projet de loi privé pour encadrer ce type de situation.

M. Angus demande à la députée de démissionner et de se représenter dans une élection partielle.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter