NOUVELLES

Conseil national du PQ: Péladeau critiqué, mais pas offusqué

08/02/2015 08:36 EST | Actualisé 08/02/2015 11:13 EST
PC

Le Conseil national du Parti québécois se poursuit ce matin à Laval. Hier, les adversaires de Pierre Karl Péladeau à la course à la direction du Parti québécois ont profité de l'ouverture du rassemblement pour remettre sur la table la question du contrôle qu'il exerce sur le conglomérat médiatique Québecor. Le favori dans la course a tourné à la blague cette nouvelle attaque.

LIRE AUSSI:

»Actions de Québecor: PKP doit prendre une décision, dit Martine Ouellet

»Pourquoi voulez-vous être chef du PQ? (VIDÉO)

»«Est-ce que Citizen Péladeau est en train de se payer un parti politique?» - Pierre Céré

Dès l'ouverture du conseil, Pierre Céré, l'un des cinq candidats à la direction, a attaqué M. Péladeau, affirmant qu'il doit donner plus de détails sur ses actions de Québecor s'il veut devenir chef du PQ. Et il a comparé le magnat de la presse au personnage principal du film Citizen Kane.

« Est-ce que Citizen Péladeau est en train de se payer un parti politique? »

— Pierre Céré

« Ce que je constate, c'est qu'en ce moment, beaucoup de gens veulent mettre le couvercle sur la marmite parce que Pierre Karl Péladeau devient en quelque sorte une sorte de sauveur. Et on refuse de faire la radiographie de ce qui s'est passé. On refuse de faire les nécessaires débats qu'on a besoin de faire », a-t-il poursuivi.

La sortie de Pierre Céré n'a toutefois pas fait beaucoup de vagues. Pierre Karl Péladeau a pris avec un grain de sel les propos de son concurrent.

« En boutade, je dirais que le Parti québécois n'a jamais été à vendre. Il s'est trompé de parti, il devrait parler du Parti libéral du Québec. »

— Pierre Karl Péladeau

Citizen Kane

Citizen Kane est un film américain, considéré comme un classique, réalisé par Orson Welles et sorti sur les écrans en 1941. Le film raconte, grâce au témoignage des personnes qui l'ont côtoyé, la vie de Charles Foster Kane. Devenu un grand magnat de la presse, celui-ci épouse la nièce du président des États-Unis. Il espère faire une carrière politique, mais perd toutes ses chances lorsque l'on apprend qu'il trompe sa femme avec une cantatrice qui peine à percer dans le métier.

L'article se poursuit après la vidéo.


La candidate Martine Ouellet a pour sa part rappelé que lorsqu'elle avait été nommée ministre des Ressources naturelles dans le gouvernement Marois, elle avait démissionné du poste qu'elle occupait à Hydro-Québec, alors qu'elle était en congé sans solde.

Trois jours après le lancement officiel de la course à la direction, l'ambiance est déjà à la compétition. Samedi matin, des dizaines de partisans de Pierre Karl Péladeau, le favori dans la course, l'ont ovationné à son arrivée au Conseil national.

L'indépendance pour tous

Par ailleurs, les cinq candidats à la direction du Parti québécois mettent l'indépendance au coeur de leurs priorités, bien que certains soient plus précis que d'autres sur leurs intentions.

Bernard Drainville, notamment, a fixé l'échéancier du prochain référendum au prochain mandat du Parti québécois si les appuis à l'indépendance augmentent suffisamment d'ici là, dit-il, ou à un deuxième mandat si ce n'est pas le cas.

M. Drainville suggère également de créer un groupe qui travaillerait à temps plein à renouveler le discours sur l'indépendance et à trouver de nouveaux arguments pour rallier les Québécois.

« Il faut les créer les conditions gagnantes. »

— Bernard Drainville

Quant à Alexandre Cloutier, il dit vouloir mettre « les citoyens au cœur de notre démarche », en se « documentant » et en leur expliquant concrètement ce que l'indépendance leur apporterait.

L'homme d'affaires Péladeau

De son côté, en plus de son désir de faire du Québec un pays, c'est son expérience du milieu des affaires que le favori dans la course à la direction du Parti québécois a choisi de mettre de l'avant.

Commençant son discours de présentation en affirmant tout de suite qu'il veut « devenir le chef d'un parti qui veut faire de son peuple un pays », M. Péladeau a enchaîné en soulignant la contribution de son père, Pierre Péladeau, à l'économie québécoise et en rappelant sa propre expérience comme chef d'entreprise de Québecor.

« Je pense avoir réussi un virage, car aujourd'hui, c'est une entreprise qui est fière, c'est une entreprise également qui s'est engagée résolument pour faire autre chose que simplement avoir une attention pour ses actionnaires, mais également, au regard de la collectivité », a-t-il déclaré.

Dans ce discours d'introduction, un exercice auquel se sont prêtés les cinq candidats à la direction à tour de rôle, M. Péladeau s'est donc contenté de parler d'indépendance, n'abordant aucun autre élément du projet politique qu'il propose aux membres du Parti québécois.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Qui pourrait prétendre à la chefferie du PQ?