NOUVELLES

Trois attentats à Bagdad, en Irak: au moins 37 morts et 80 blessés

07/02/2015 07:07 EST | Actualisé 09/04/2015 05:12 EDT
SABAH ARAR via Getty Images
Iraqi's clean the street after a suicide bomber detonated explosives inside a restaurant in Baghdad al-Jadida, east of the capital, on February 7, 2015. Bombings in the Iraqi capital killed at least 17 people, hours before a years-old nightly curfew is due to be lifted, officials said. AFP PHOTO/SABAH ARAR (Photo credit should read SABAH ARAR/AFP/Getty Images)

BAGDAD - Juste avant la levée d'un couvre-feu imposé depuis une dizaine d'années en Irak, des bombes ont explosé dans la capitale irakienne samedi, faisant au moins 40 morts, comme un sérieux avertissement des dangers qui attendent toujours le pays déchiré par le groupe armé État islamique.

L'explosion la plus meurtrière a eu lieu dans le quartier Nouveau Bagdad, où un kamikaze s'est fait exploser dans une rue commerciale. Il a fait 22 morts, selon la police.

L'organisation terroriste État islamique a par la suite revendiqué la responsabilité de l'attaque, disant que le kamikaze visait des chiites. Les militants contrôlent maintenant le tiers de l'Irak et de la Syrie voisine où ils ont établi leur califat autoproclamé.

Un autre attentat est survenu au très fréquenté marché Shorja, dans le centre de Bagdad. Deux bombes placées à environ 25 mètres de distance ont fait au moins 11 morts.

Une autre bombe dans le marché extérieur Abu Cheer a tué au moins quatre personnes.

Finalement, à Tarmiya, une ville sunnite située à 50 kilomètres au nord de Bagdad, une explosion a tué trois soldats dans un convoi en mouvement.

Les autres attentats n'ont pas été revendiqués.

Ces attentats sont survenus au moment où l'Irak se prépare à lever dimanche le couvre-feu de minuit à cinq heures du matin, imposé depuis 2004.

Le premier ministre, Haider al-Abadi, n'a pas immédiatement commenté sur la fin de couvre-feu, adopté par décret jeudi. Le premier ministre a aussi ordonné que les rues, bloquées depuis longtemps pour des raisons de sécurité, soient rouverte aux voitures et aux piétons.

Alors que la lutte contre le groupe armé État islamique se poursuivent dans le nord et l'ouest du pays, Bagdad avait été relativement épargnée jusqu'à présent.

INOLTRE SU HUFFPOST

Trois attentats à Bagdad