NOUVELLES

Un prédicateur djihadiste condamne le groupe État islamique

06/02/2015 08:03 EST | Actualisé 08/04/2015 05:12 EDT

AMMAN, Jordanie - Un prédicateur djihadiste bien connu a vertement condamné vendredi le groupe armé État islamique pour avoir brûlé vif un pilote jordanien, déclarant que «le geste est inacceptable pour toute religion».

Abou Mohammed al-Maqdesi — qui est perçu comme le guide spirituel de plusieurs militants d'Al-Qaïda — a fait cette déclaration au lendemain de sa libération après trois mois de détention en Jordanie.

Sa sortie survient au moment où le gouvernement jordanien tente de mobiliser des appuis en faveur de frappes aériennes encore plus importantes contre le groupe État islamique, en riposte au meurtre du pilote.

À Amman, plusieurs milliers de personnes — dont la reine Rania — ont défilé en soutien au roi Abdallah II après les prières du vendredi. La foule a déroulé un gigantesque drapeau jordanien et agité des écriteaux qui appuyaient la promesse du roi d'une réplique militaire impitoyable en réponse à la mort du lieutenant Muath al-Kaseasbeh.

Plus tôt cette semaine, les djihadistes ont mis en ligne une vidéo du pilote enfermé dans une cage et brûlé vif. Les images brutales ont semé la colère en Jordanie et à travers la région.

La Jordanie s'est jointe à la coalition américaine en septembre, mais a promis d'intensifier ses frappes aériennes en réaction au meurtre du pilote. Des dizaines d'avions de chasse ont attaqué des dépôts d'armes et des camps d'entraînement du groupe État islamique jeudi.

Dans une entrevue accordée à la station de télévision jordanienne Roya, al-Maqdesi affirme que le fait d'avoir brûlé vif le pilote est «inacceptable pour toute religion et pour qui que ce soit».

Le religieux a ajouté avoir participé aux négociations informelles pour tenter d'organiser un échange de prisonniers pour libérer le pilote, qui avait été capturé en décembre quand son avion s'est écrasé en Syrie.

La Jordanie avait offert la semaine dernière de le libérer en échange d'une terroriste irakienne, mais a déclaré au moment de la mise en ligne des images qu'il avait été tué en janvier.

Al-Maqdesi dit croire que les djihadistes n'ont jamais vraiment envisagé un échange de prisonniers.

«Pendant nos communications ils ont menti et ils étaient évasifs, a-t-il dit. Ils agissaient comme s'ils étaient intéressés (par un échange), mais dans les faits ils n'étaient pas intéressés.»

Il y a dix ans, Al-Maqdesi était considéré comme un guide spirituel de la branche irakienne d'Al-Qaïda, l'ancêtre du groupe État islamique. Il s'est toutefois distancé de ses anciens protégés en raison de leurs tactiques, notamment des attaques contre d'autres musulmans.

Il avait été arrêté par la Jordanie en octobre après avoir critiqué la participation du pays aux frappes aériennes contre les djihadistes.

Par ailleurs, l'Union européenne a annoncé vendredi qu'elle investira un milliard d'euros de plus pour lutter contre la menace du groupe État islamique en Irak et en Syrie. Ces fonds seront investis sur deux ans et appuyés de mesures de lutte à la radicalisation, au financement du terrorisme et à l'arrivée de combattants étrangers.

La priorité sera accordée à l'éducation et à la formation professionnelle pour les enfants et les jeunes adultes, alors que l'UE s'attaque aux causes qui sous-tendent l'émergence du groupe État islamique.

PLUS:pc