NOUVELLES

Propriété de Québecor: Péladeau pense avoir l'appui de la population

06/02/2015 05:24 EST | Actualisé 08/04/2015 05:12 EDT

QUÉBEC - Pierre Karl Péladeau croit que le public appuie sa décision de conserver la propriété de l'empire Québecor.

La question du contrôle exercé par le candidat à la direction du Parti québécois sur Québecor est revenue sur le tapis, vendredi, alors que M. Péladeau présentait un nouvel appui provenant du caucus péquiste, le député de Saint-Jean, Dave Turcotte.

M. Péladeau a répété qu'il demeurera actionnaire de contrôle du géant des médias tant qu'il restera simple député. Il ne consentira à placer ses actifs dans une fiducie ou un mandat sans droit de regard que s'il est élu chef du PQ, au printemps.

Pour l'heure, à titre d'actionnaire de contrôle, avec ses actions de catégorie A à droits de vote multiples, M. Péladeau dispose du pouvoir de nommer 75 pour cent de la composition du conseil d'administration de Québecor, dont les filiales sont notamment Vidéotron et le réseau de télévision TVA.

Ce ne sera plus le cas, a-t-il tenu à préciser devant la presse parlementaire, lorsqu'un fiduciaire ou un mandataire prendra en charge ses actions.

Lorsqu'un reporter lui a demandé pourquoi il ne prenait pas les devants pour faire taire les critiques en plaçant dès maintenant ses actifs dans une fiducie sans droit de regard, M. Péladeau a répliqué que la loi ne l'obligeait pas à le faire.

Donné largement favori pour succéder à Pauline Marois à la tête du PQ, M. Péladeau affirme ne pas se laisser distraire par les «vaines batailles» de ceux qui exigent qu'il choisisse entre la politique et ses intérêts dans l'entreprise fondée par son père.

Bien au contraire, à son retour d'une tournée régionale, le député de Saint-Jérôme a dit ressentir le support de la population.

«Lorsque les gens m'abordent sur cette question, c'est simple net et précis, ils disent: 'tiens-toi debout Pierre Karl, et il n'est pas question que tu vendes tes actions de Québecor'. C'est de la récupération politique de nos adversaires, il ne faut pas s'en étonner, mais ce n'est certainement pas, à mon avis, une appréciation qui retient l'attention des citoyens», a-t-il déclaré.

PLUS:pc