NOUVELLES

L'État islamique affirme qu'une otage américaine a été tuée lors d'un raid de la coalition en Syrie

06/02/2015 12:30 EST | Actualisé 06/02/2015 12:30 EST
ASSOCIATED PRESS
In this Nov. 19, 2014 photo, rubble from a truck bomb is all that is left in Kobani, Syria. (AP Photo/Jake Simkin)

Le groupe Etat islamique (EI) a affirmé vendredi qu'une otage américaine avait été tuée lors d'un raid de la coalition internationale dans le nord de la Syrie, où des frappes aériennes ont tué au moins 30 jihadistes selon une ONG.

"L'aviation de la coalition croisée a bombardé une position en dehors de la ville de Raqa après les prières du vendredi. Aucun combattant n'a été touché mais nous pouvons confirmer qu'une otage américaine a été tuée par les frappes", a indiqué l'EI dans un communiqué diffusé sur des sites jihadistes qui identifie la victime comme Kayla Jean Mueller.

Les Etats-Unis ont rapidement réagi en assurant qu'ils ne disposaient d'aucune preuve de la mort d'une de leur ressortissante retenue en otage. 

"Nous n'avons pas de signe tangible pour l'instant confirmant les affirmations de l'EI", a déclaré une porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC).

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, des frappes menées vendredi par la coalition internationale dans le nord de la Syrie ont coûté la vie à "au moins 30 jihadistes, mais certainement plus". Ces raids ont visé "des positions et des dépôts abritant des véhicules militaires et des chars, à l'est et à l'ouest de la ville de Raqa", capitale autoproclamée de l'EI en Syrie, a ajouté l'ONG.

Dans le titre de son communiqué sur la mort de l'otage, le groupe jihadiste mentionne que l'Américaine a été tuée par l'aviation "jordanienne" mais le texte du communiqué parle uniquement d'une frappe de la "coalition" comme cause du décès.

Le communiqué signé par le bureau d'informations de l'EI pour la province de Raqa ne comporte pas de photos d'un corps. Il est toutefois accompagné d'images de bâtiments détruits. La légende d'une de ces photos précise qu'il s'agit des décombres dans lesquels l'otage a péri.

A côté du nom de Kayla Jean Mueller, l'EI publie deux numéros de téléphone avec un indicatif de l'Etat d'Arizona (sud-ouest des Etats-Unis), une adresse courriel et une adresse postale en Arizona, dans la ville de Prescott.

L'information de la mort d'une otage américaine n'a pas pu immédiatement être vérifiée de source indépendante.

Les autorités américaines n'ont jamais donné de chiffres sur le nombre d'Américains enlevés en Syrie. Ces derniers mois, des médias ont fait état de l'existence d'une ressortissante américaine, employée d'une ONG âgée de 26 ans, retenue en otage par l'EI mais le Département d'Etat, fidèle à sa politique de silence complet sur les Américains otages à l'étranger, n'a jamais évoqué ce cas publiquement.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

L'État islamique en 7 points