NOUVELLES

Le TSX clôture en baisse, avec le recul des actions du secteur aurifère

06/02/2015 04:33 EST | Actualisé 08/04/2015 05:12 EDT

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé en baisse vendredi, malgré la publication de données supérieures aux attentes au sujet des marchés de l'emploi au Canada et aux États-Unis pour le mois dernier.

L'indice composé S&P/TSX a cédé 41 points pour terminer la séance à 15 083,92 points, les pertes des actions du secteur minier ayant effacé les gains dans les secteurs de la finance et de l'énergie.

Statistique Canada a fait état vendredi de la création d'environ 35 000 emplois au Canada en janvier, soit largement plus que les 4500 nouveaux emplois attendus. Cependant, l'agence fédérale a indiqué que les gains étaient entièrement attribuables aux emplois à temps partiel. Le taux de chômage a reculé de 0,1 point de pourcentage à 6,6 pour cent.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,64 cent US à 79,85 cents US, pendant que la valeur du billet vert américain grimpait dans la foulée de l'annonce de la création de 257 000 emplois aux États-Unis le mois dernier, soit davantage que les 233 000 nouveaux emplois attendus par les économistes.

Mais les principaux marchés financiers de New York ont perdu des plumes, les opérateurs s'étant demandé si les solides gains du marché de l'emploi allaient rendre plus probable une hausse des taux d'intérêt de la Réserve fédérale des États-Unis, que plusieurs croient possible pour le milieu de l'année.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a retraité de 60,59 points à 17 824,29 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a perdu 7,05 points à 2055,47 points et que l'indice composé du Nasdaq a effacé 20,7 points à 4744,4 points.

Sur l'ensemble de la semaine, le TSX a gagné 410 points, soit 2,8 pour cent, soutenu par un gain de 12 pour cent dans le secteur de l'énergie. Essentiellement, le prix du pétrole brut a mis fin à sa chute libre et a entamé ce qui semble être une période de volatilité, les opérateurs tentant de mettre le doigt sur son creux. Le baril semble trouver un certain appui aux environs des 50 $ US, mais certains analystes croient toujours qu'il pourrait reculer davantage avant de se raffermir de façon sérieuse.

Le secteur de l'énergie du parquet torontois a avancé vendredi de 0,7 pour cent, pendant que le cours du brut gagnait 1,21 $ US à 51,69 $ US à la Bourse des matières premières de New York.

Le secteur de la finance a aussi offert un bon soutien, avec une croissance d'un pour cent.

Le groupe aurifère est celui qui a le plus reculé vendredi à Toronto, avec une baisse de près de cinq pour cent, le cours du lingot d'or ayant dévissé 28,10 $ US à 1234,60 $ US l'once à New York.

Le secteur des métaux et minerais diversifiés a reculé de 1,25 pour cent, tandis que le cours du cuivre cédait 1 cent US à 2,59 $ US la livre à New York.

PLUS:pc