DIVERTISSEMENT

Les films à l'affiche dès le 6 février 2015: «L'Ascension de Jupiter», «Leviathan»... (PHOTOS/ VIDÉO)

05/02/2015 04:14 EST | Actualisé 06/02/2015 12:13 EST

Son père ayant été assassiné avant sa naissance, Jupiter Jones est aujourd'hui une immigrée illégale russe aux États-Unis, qui gagne péniblement sa vie en nettoyant les toilettes. Pourtant, de l'espace, on la surveille. Découvrez toute l'histoire dans L'Ascension de Jupiter.

Le Huffington Post Québec et Mediafilm.ca vous présentent les films qui prennent l'affiche cette semaine au Québec:

Films de la semaine - 6 février 2015

L'AMOUR AU TEMPS DE LA GUERRE CIVILE

Canada. 2014. 120 min.

Drame de moeurs de Rodrigue Jean avec Alexandre Landry, Jean-Simon Leduc, Simon Lefebvre, Catherine-Audrey Lachapelle, Ana Christina Alva, Éric Robidoux, Richard Fréchette.

Pour payer son crack et son héroïne, Alex, la jeune vingtaine, vend son corps dans les hôtels de passe du quartier Centre-Sud de Montréal. À court d'argent, il accepte d'aider un petit revendeur à faire ses livraisons, jusqu'à ce qu'il se fasse arrêter par la police. Relâché le lendemain, le prostitué sans domicile fixe poursuit sa vie d'errance, de doses en doses, de clients en clients, tout en poursuivant une relation compliquée avec Bruno, le seul collègue auquel il tient vraiment.

Poursuivant du côté de la fiction son exploration du milieu des prostitués entamée avec son documentaire HOMMES À LOUER, Rodrigue Jean illustre cette réalité désespérante caméra au poing, sur un mode naturaliste et antidramatique, sans hésiter à tomber dans la répétition. Alexandre Landry (GABRIELLE) incarne avec abandon un personnage peu développé.

L'ASCENSION DE JUPITER

États-Unis. 2014. 127 min.

Science-fiction de Andy et Lana Wachowski avec Mila Kunis, Channing Tatum, Sean Bean, Eddie Redmayne, Douglas Booth, Jo Osmond.

Son père ayant été assassiné avant sa naissance, Jupiter Jones est aujourd'hui une immigrée illégale russe aux États-Unis, qui gagne péniblement sa vie en nettoyant les toilettes. Pourtant, de l'espace, on la surveille. C'est qu'après le décès de la matriarche de la Maison d'Abraxas, la plus puissante des dynasties extraterrestres, ses trois enfants, Balem, Kalique et Titus, découvrent que Jupiter peut également prétendre à la succession. Menacée de mort, celle-ci obtient la protection de Caine Wise, un ancien chasseur militaire génétiquement modifié. Au coeur de ce tumulte intersidéral, les deux jeunes gens ne peuvent taire bien longtemps l'attirance qu'ils éprouvent l'un pour l'autre.

Seules les batailles échevelées et les poursuites vertigineuses sauvent du naufrage ce "space opera" naïf des réalisateurs de CLOUD ATLAS. Farci de dialogues peu subtils, le récit, très emprunté, pige dans MATRIX, mais aussi dans BRAZIL, MEN IN BLACK et PROMETHEUS. La direction artistique est ringarde, la réalisation manque de finesse et l'interprétation déçoit.

BOB L'ÉPONGE LE FILM - ÉPONGE À COURT D'EAU

États-Unis. 2015. 87 min.

Film d'animation de Paul Tibbitt et Mike Mitchell avec Antonio Banderas.

Dans le village sous-marin de Bikini Bottom, le restaurant Krusty Krab fait des affaires d'or grâce à son fameux pâté de crabe, dont la recette est tenue secrète. Propriétaire de l'établissement voisin au bord de la faillite, Plankton tente de la dérober, mais il trouve le gérant Bob l'éponge sur son passage. Alors que les deux rivaux croyaient l'avoir récupéré, le document disparaît mystérieusement, entre les mains de Burger-Beard, un pirate sans scrupules. En compagnie de ses amis et de Plankton, Bob suit le flibustier à la trace pour récupérer la précieuse recette.

Pour cette troisième incursion au cinéma du populaire héros d'une émission pour enfants, Paul Tibbitt, réalisateur de plusieurs épisodes de la série, a orchestré une intrigue fantaisiste au rythme haletant, truffée de références à la culture populaire. Déplorons cependant un assemblage peu raffiné de diverses techniques d'animation et de prises de vues réelles.

BRASSERIE ROMANTIQUE

Belgique. 2012. 102 min.

Comédie dramatique de Joël Vanhoebrouck avec Sara de Roo, Axel Daeseleire, Barbara Sarafian, Wouter Hendrickx, Ruth Becquart, Filip Peeters, Mathijs Scheepers, Koen De Bouw, Anemone Valcke.

C'est soir de Saint-Valentin à la Brasserie Romantiek, restaurant huppé de Bruxelles. Tout en gardant un oeil sur son frère Angelo, chef talentueux mais porté sur la bouteille, la patronne Pascaline gère le service et accueille les clients, auxquels elle a réservé un menu tout spécial, placé sous le signe de l'amour. Hélas, rien ne se passe comme prévu. À une table, une épouse aigrie avoue à son mari trop affairé qu'elle a un amant. À une autre, un célibataire maladivement timide attend avec appréhension l'arrivée de son invitée, rencontrée sur Internet. Pendant ce temps, le serveur un peu dragueur tente de consoler une cliente venue sans son époux, récemment parti avec sa meilleure amie. Quant à Pascaline, elle est perturbée par la présence de Frank, son amour de jeunesse qui, après vingt-trois ans d'absence, est venu lui proposer de refaire sa vie avec lui à Buenos Aires, où il travaille comme diplomate.

L'unité de lieu et d'action, l'agencement artificiel des séquences et les brusques changements de ton accentuent le caractère théâtral de ces chassés-croisés sentimentaux peu originaux et prévisibles, néanmoins mis en scène avec élégance et relevés par les prestations sensibles de Sara De Roo et Barbara Sarafian, et celle, étonnante, de Mathijs Scheepers.

LEVIATHAN

Russie. 2014. 141 min.

Drame de Andrei Zviaguintsev avec Alexey Serebryakov, Roman Madianov, Vladimir Vdovichenkov, Elena Lyadova, Sergey Pokhodaev.

Kolia vit au nord de la Russie, près de la mer de Barents, dans un paysage aussi beau que sauvage, avec sa femme Lilya et son fils Roma, issu d'une précédente union. Le garage que tient Kolia est juste à côté de leur maison, sur un terrain dont le maire de la ville, Vadim Cheleviat, veut s'emparer. De mèche avec le tribunal, ce dernier obtient donc l'expropriation de Kolia et de sa famille contre six cent trente-neuf mille roubles. Mais le garagiste est bien décidé à ne pas se laisser faire. Pour l'aider dans ses démarches, il fait appel à Dmitri, un ancien ami de l'armée, devenu avocat au barreau de Moscou. N'ayant pas peur des méthodes parallèles, celui-ci s'emploie à battre le maire sur son propre terrain en le faisant chanter. Mais Vadim, qui a la police et la justice dans sa poche, bronche à peine. Surtout quand il apprend que Dmitri a entamé une liaison avec Lilya.

Délaissant le formalisme et l'austérité de ses films précédents (LE BANNISSEMENT, ELENA), Andreï Zviaguintsev signe un conte moral aux dialogues vifs et pleins d'humour noir. Mis en scène avec puissance et calme, ce portrait féroce de la Russie d'aujourd'hui apparaît toutefois forcé par moments. Dans le rôle principal, Alexeï Serebryakov impressionne.

OUTCAST

Grande-Bretagne. 2014. 99 min.

Aventures de Nick Powell avec Nicolas Cage, Hayden Christensen, Andy On, Yifei Liu, Jawed El Berni, Ron Smoorenburg.

Après avoir déposé son père l'empereur, un ambitieux et cruel prince chinois entreprend d'éliminer sa soeur et son frère. Mais ces derniers résistent aux attaques de l'usurpateur grâce à l'aide inespérée d'un mystérieux guerrier étranger.

SAMBA

France. 2014. 119 min.

Comédie dramatique de Éric Toledano et Olivier Nakache avec Omar Sy, Charlotte Gainsbourg, Tahar Rahim, Izia Higelin, Issaka Sawadogo, Hélène Vincent, Christiane Millet.

En situation irrégulière en France depuis 10 ans, le Sénégalais Samba travaille comme plongeur dans un restaurant et caresse l'espoir d'obtenir une promotion à la cuisine afin de pouvoir envoyer plus d'argent à sa mère. Contrainte de quitter son emploi à la suite d'un burn-out, Alice fait depuis peu du bénévolat dans un organisme impliqué auprès des immigrants. Bien que sa collègue l'ait avertie de garder une distance avec les demandeurs d'asile, la jeune femme ne peut s'empêcher de donner son numéro de téléphone à Samba, menacé d'être renvoyé à Dakar d'ici un an. Afin que ce dernier ne se fasse remarquer d'ici la date fatidique, son oncle le force à utiliser sa carte de séjour pour se trouver des emplois journaliers réservés aux immigrants. C'est ainsi que Samba fait la connaissance du fantasque Wilson, qui se prétend Brésilien. Alors que la collègue d'Alice se moque de son béguin pour le Sénégalais, elle-même tombe follement amoureuse du nouvel ami de ce dernier. Au grand dam de la bénévole dépressive, Samba commet sous l'influence de Wilson des gestes illégaux qui risquent de compromettre l'obtention de ses papiers.

Dans la veine d'INTOUCHABLES, Éric Tolédano et Olivier Nakache livrent une réflexion pertinente sur la situation des immigrants et les conditions de travail en France, tirée du roman de Delphine Coulin. Porté par de bons interprètes, SAMBA souffre cependant d'un rythme hésitant et d'une réalisation plutôt conventionnelle, bien qu'efficace.

LE SEPTIÈME FILS

Grande-Bretagne. 2014. 102 min.

Drame fantastique de Sergei Bodrov avec Ben Barnes, Jeff Bridges, Julianne Moore, Alicia Vikander, Antje Traue, Djimon Hounsou, Olivia Williams, John DeSantis, Kit Harington.

Maître Gregory est le dernier chevalier d'un ordre mystique voué à combattre les forces du Mal. Des décennies plus tôt, il a réussi à emprisonner Mère Malka, la puissante reine des sorcières. Or, celle-ci est parvenue à s'évader et menace de détruire le monde à la prochaine lune de sang. Pour remplacer son apprenti, tué par Malka, le vieillissant Gregory recrute le fermier Thomas Ward qui, de par son statut de septième fils d'un septième fils, serait doté de pouvoirs surnaturels. Au cours de sa formation en accéléré, le jeune homme se fait mettre en garde par son maître contre le pouvoir insidieux des sorcières. Et plus particulièrement celui d'Alice, la séduisante nièce de Malka, que Thomas a sauvée du bûcher il y a quelques jours.

Pour son premier film en anglais, le réalisateur de MONGOL se fourvoie dans une fantaisie héroïque lourde et dénuée d'imagination, d'après l'oeuvre de Joseph Delaney. La musique assommante, le montage erratique, la surcharge d'effets spéciaux, la romance insipide, le jeu peu inspiré de Julianne Moore, le cabotinage de Jeff Bridges, tout concourt au ratage.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter