NOUVELLES

Suncor voit une réduction des coûts de construction dans les sables bitumineux

05/02/2015 05:53 EST | Actualisé 07/04/2015 05:12 EDT

CALGARY - Les coûts diminuent et la main-d'oeuvre de grande qualité est plus facile à dénicher dans le secteur des sables bitumineux de l'Alberta, alors que l'activité ralentit pour s'ajuster au plongeon du cours du pétrole brut, a indiqué jeudi le chef de la direction de Suncor Énergie.

Le producteur de sables bitumineux de Calgary va de l'avant avec son projet Fort Hills, évalué à 13,5 milliards $, en partenariat avec la branche canadienne de la française Total et la minière Teck Resources, de Vancouver.

Le premier baril de pétrole de ce projet est attendu pour 2017. Sa capacité devrait éventuellement atteindre 180 000 barils par jour.

La région est le théâtre d'une déflation des coûts de construction, a noté le président et chef de la direction de Suncor, Steve Williams, lors d'une conférence téléphonique au sujet des résultats du quatrième trimestre de l'entreprise. Il n'a cependant pas quantifié les économies attendues.

«Nous nous rendons compte que les travailleurs sont davantage des gens du coin, alors nous n'avons pas besoin de les transporter par avion sur d'importantes distances», a précisé M. Williams.

«Nous observons une amélioration de la qualité des travailleurs. Nous observons une amélioration de la productivité des groupes.»

Le projet Fort Hills emploie actuellement environ 3000 travailleurs et son progrès se déroule comme prévu. Suncor (TSX:SU) investira environ 1,6 milliard $ dans ce projet cette année et elle s'attend à ce qu'il soit à moitié complété d'ici la fin de 2015.

L'impact du plongeon des prix du pétrole était évident dans les résultats du quatrième trimestre de Suncor, dévoilés dans la soirée de mercredi.

Le bénéfice net a rétréci à 84 millions $, en baisse de 81 pour cent par rapport à celui de 443 millions $ affiché un an plus tôt.

Le bénéfice d'exploitation, qui exclut certains éléments non récurrents, s'est établi à 386 millions $, ou 27 cents par action, ce qui s'est avéré inférieur aux attentes des analystes, qui misaient en moyenne sur un bénéfice d'exploitation par action de 35 cents, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters.

Au cours de la même période l'année précédente, le bénéfice d'exploitation avait atteint 973 millions $, ou 66 cents par action.

Les flux de trésorerie des activités ont reculé à 1,49 milliard $, par rapport à 2,35 milliards $ un an plus tôt.

Le cours du pétrole brut se situe ces jours-ci aux environs de 50 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York, alors qu'il était de 107 $ US en juin dernier.

«La faiblesse des prix du pétrole ne devrait pas être une surprise. En fait, au contraire, c'est plutôt la stabilité des prix ces quelques dernières années qui était une anomalie», a fait valoir M. Williams.

«Nous nous attendions à cet environnement de prix du brut et nous sommes prêts à traverser cette période.»

Le mois dernier, Suncor a réduit de 1 milliard $ ses dépenses en immobilisations pour 2015, qui devraient désormais s'établir entre 6,2 milliards $ et 6,8 milliards $. La société a en outre annoncé l'élimination de 1000 emplois — essentiellement des travailleurs contractuels — parmi son effectif total d'environ 14 000 employés.

Certains projets à long terme qui n'ont pas encore obtenu de feu vert final de la part du conseil d'administration de Suncor sont maintenant reportés.

Le dividende trimestriel de Suncor reste à 28 cents par action. Les rachats d'actions ont été suspendus.

La production totale de Suncor a légèrement reculé à 557 600 barils par jour pendant les trois derniers mois de 2014, comparativement à 558 100 barils lors du même trimestre un an plus tôt.

Les coûts d'exploitation au comptant des sables bitumineux ont reculé en moyenne à 34,45 $ par baril au cours du trimestre, par rapport à 36,85 $ par baril un an plus tôt.

PLUS:pc