NOUVELLES

La Jordanie lance des frappes contre le groupe armé État islamique

05/02/2015 09:51 EST | Actualisé 07/04/2015 05:12 EDT

AMMAN, Jordanie - Des avions de chasse jordaniens ont bombardé de multiples cibles du groupe armé État islamique jeudi, rapporte la télévision publique, après que le roi du pays ait promis de livrer une guerre «impitoyable» aux djihadistes qui contrôlent de vastes territoires en Irak et en Syrie.

L'armée jordanienne a confirmé ces frappes, sans fournir plus de détails. La télévision n'a pas précisé dans quel pays les frappes ont eu lieu.

La Jordanie fait partie de la coalition américaine qui bombarde des positions du groupe armé État islamique dans les deux pays depuis l'automne, mais jusqu'à présent la Jordanie n'aurait frappé qu'en Syrie.

Le roi Abdullah II a promis d'intensifier la lutte aux djihadistes après que ceux-ci aient apparemment brûlé vif un pilote jordanien qu'ils retenaient en otage. Des images de l'exécution brutale du lieutenant Muath al-Kaseabseh ont été mises en ligne il y a quelques jours, suscitant la colère dans toute la région.

Le roi s'est rendu jeudi offrir ses condoléances à la famille du militaire dans un village du sud de la Jordanie, pendant que des avions de combat rugissaient dans le ciel. Ces avions rentraient possiblement d'une mission contre Raqqa, la capitale de fait du califat islamique proclamé par les djihadistes.

Par ailleurs, l'ONU accuse le groupe État islamique de tuer, torturer et violer systématiquement des enfants et les familles de groupes minoritaires en Irak. Elle demande aux forces gouvernementales de faire plus pour les protéger.

Dans un rapport diffusé mercredi à Genève, le Comité des droits de l'enfant des Nations unies dit avoir été informé «des exécutions massives de garçons, ainsi que de décapitations, de crucifixions d'enfants, et d'enfants enterrés vivants».

Un comité parlementaire britannique a d'ailleurs indiqué jeudi que Londres est en mesure de fournir davantage d'aide à l'Irak et que le pays devrait intensifier son rôle dans la lutte contre le groupe État islamique. Le rapport ne recommande pas le déploiement de soldats britanniques, mais suggère au gouvernement d'aider en contribuant des renseignements, de la formation et un appui politique.

Londres ne participe actuellement pas aux frappes aériennes en Syrie.

PLUS:pc