NOUVELLES

GRC, SPVM, SQ sont coordonnés pour lutter contre le terrorisme

05/02/2015 09:13 EST | Actualisé 05/02/2015 09:14 EST

Des centaines de signalements ont été acheminés aux différents corps de police du Québec depuis les attentats terroristes de Saint-Jean-sur-Richelieu et d'Ottawa. Les citoyens sont inquiets.

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, la GRC, le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) et la Sûreté du Québec (SQ) partagent leurs informations pour être plus efficaces dans la lutte contre le terrorisme. Cette structure d'échanges est peu connue et porte le nom de Structure de gestion policière contre le terrorisme.

Ainsi, à Saint-Jean-sur-Richelieu c'est un policier spécialement formé qui a transmis le dossier de Martin Couture-Rouleau à la Sûreté du Québec après le signalement fait part la famille du jeune homme à la police de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Le dossier a par la suite été transféré à la GRC, qui explique comment sont traités les signalements : « Parfois il va rentrer à la Ville de Montréal. Dans un autre corps de police, l'incident va rentrer à la SQ. [...] et le même signalement qui est compté à la SQ se rend chez nous pour qu'on continue l'enquête », explique Martine Fontaine, de la police fédérale.

La structure intégrée s'occupe aussi de formation des policiers et des responsables de la sécurité des grandes infrastructures, comme les ponts et les barrages hydro-électriques.

« C'est pour s'assurer qu'ils sont en mesure de détecter également et de nous signaler des indicateurs de menace qui pourraient affecter les infrastructures ainsi que la sécurité du Canada », ajoute Martine Fontaine.

Depuis 2013, près de 500 policiers ont été formés au Québec pour devenir coordonnateurs en information sur la menace terroriste.

Avec les informations de Marc Verreault et de Karine Bastien

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

In Photos: Ottawa Shooting