NOUVELLES

Assurer des condos revient de plus en plus cher

05/02/2015 07:51 EST | Actualisé 05/02/2015 07:54 EST

Les assureurs spécialisés en habitation sont de plus en plus réfractaires aux copropriétés et les consommateurs en paient le prix. Le Regroupement des gestionnaires de copropriétés du Québec s'en doutait depuis longtemps, mais un sondage réalisé le mois dernier le confirme.

« La copropriété au Québec existe depuis 1969 et il y a toujours eu des assureurs qui se sont intéressés au marché. C'est la première fois qu'on vit deux phénomènes : l'augmentation des primes de façon significative, mais aussi des assureurs qui disent : "on ne veut plus relever votre risque" », dit Me Yves Joli-Coeur, secrétaire du Regroupement.

Selon le sondage, réalisé auprès de 700 gestionnaires de copropriétés, les prix de la majorité des primes et des franchises d'assurances ont augmenté de 20 % à plus de 100 % depuis 2010.

La cause des hausses est facile à identifier : dégâts d'eau, refoulements d'égouts, mauvais entretien, mais également vices de construction.

« C'est une problématique réelle la qualité du bâti, la surveillance des chantiers et d'ailleurs, il y a beaucoup de sinistres dans les copropriétés qui ont été causés par une mauvaise qualité de construction », précise Yves Joli-Coeur.

Le sondage révèle également que 90 % des gestionnaires se sont fait refuser au moins une fois une couverture d'assurance, soit pour inondation, refoulement d'égouts, ou responsabilité des administrateurs.

Par exemple, Mario D'Aquino, gestionnaire d'une copropriété de 48 unités à Terrebonne, a eu beaucoup de difficulté à trouver un assureur après deux réclamations en un an.

« Heureusement, par des contacts et des soumissions, nous avons réussi à trouver quelqu'un, mais nous avons plus que quadruplé notre prix d'assurance, de 6000 $ par année à 31 000 $. Plus des franchises pour les prochains dommages d'eau de 50 000 $ », raconte-t-il.

L'industrie croit qu'il faut faire plus de formation et de prévention auprès des gestionnaires et des propriétaires afin de diminuer le nombre de réclamations.

« Entre 50 % et 60 % des réclamations proviennent des dégâts d'eau, c'est énorme », souligne Serge Meloche, directeur relations clients chez Dale Parizeau Morris Mackenzie. « Et un dégât d'eau quand vous êtes dans un syndicat de copropriété et que vous avez quatre étages et que ça descend, ce n'est pas un dommage de 6000 $ comme dans une propriété privée. »

Selon les experts, le marché de l'assurance de copropriété est relativement petit et si d'autres assureurs l'abandonnent, on pourrait assister bientôt à une véritable crise.

D'après le reportage de Normand Grondin

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Réfection sur la rue Saint-Paul à Montréal