DIVERTISSEMENT

Antoine Pilon: portrait d'un jeune acteur québécois en demande (ENTREVUE)

05/02/2015 03:45 EST | Actualisé 05/02/2015 03:45 EST
Courtoisie

Jeune homme atteint d’un cancer dans Mémoires Vives, cégépien charmeur et jovial dans Le Chalet, grand frère protecteur dans Nouvelle Adresse, le jeune acteur Antoine Pilon vit l’année professionnelle la plus chargée de sa vie.

Âgé de 21 ans, Pilon était en troisième année du primaire, lorsqu’il a travaillé sur son premier plateau de tournage. Avec l’aide de son père, concepteur publicitaire de métier, il a fait de la figuration dans une pub. Par la suite, il a cumulé des petits rôles dans François en série, Les Bougons et Toute la vérité, avant d’obtenir un rôle important dans la première saison de 30 vies, aux côtés de Marina Orsini, en 2011.

« Je suis passé des deuxièmes rôles sur des séries, où l’on tournait 12 pages de texte par jour, à un rôle consistant dans une quotidienne, où on en tournait presque le triple. Avec 30 vies, je n’ai pas eu le choix de me construire une méthode de travail. J’ai décroché le rôle un vendredi et j’ai débuté le tournage, trois jours plus tard. Heureusement, durant la première saison, le rythme de travail était un peu moins fou qu’aujourd’hui. On avait un peu de temps pour peaufiner et échanger sur nos scènes. Marina nous aidait aussi beaucoup. »

Complicité rare

Quatre ans plus tard, il tient l’affiche de Nouvelle Adresse, l’une des émissions les plus prisées de la critique et du public. En raison des textes de Richard Blaimert, de la réalisation lumineuse de Sophie Lorain et Rafaël Ouellet, du jeu sensible des acteurs et de leur complicité manifeste.

« Quelque chose de rare s’est produit sur le plateau: on est devenu une grande famille, autant devant que derrière la caméra. Après une journée, tout le monde s’adorait. Le sujet de l’émission est tellement touchant qu’on n’a pas le choix de vouloir que tout se passe bien. Il y a de l’amour entre nous comme ça n’a pas de bon sens! »

La chimie qui opère avec celles qui jouent sa mère et ses sœurs (Macha Grenon, Marguerite Bouchard, Jade Charbonneau) est aussi palpable qu’avec Macha Limonchik, qui interprète la voisine, avec qui il a tourné des scènes d’intimité durant la première saison.

Une expérience qui n’était pas spécialement stressante pour le jeune acteur. « J’avais déjà joué des scènes intimes avec une femme plus âgée, dans Toute la vérité, où mon personnage couchait avec sa professeure. En même temps, Émile et Danielle sont des personnages qui ne se posent pas de questions. Ils ont simplement répondu à une impulsion. »

Antoine Pilon décrit Émile comme un jeune homme de nature profondément calme, qui est plongé dans un tourbillon l’empêchant de gérer ce qui lui arrive. « Avec la maladie de sa mère, son ex-blonde qui tombe enceinte, ses réflexions sur ses études et le retour de son père, tout lui saute au visage. Il est généralement très posé, mais sa colère refoulée finit par exploser. À force de vouloir que tout le monde autour de lui soit heureux (sa mère, ses sœurs, Ariane), il se néglige un peu. Habituellement, il planifie ce qui lui arrive, mais il n’y arrive plus. Il réagit sans penser. Et il n’est vraiment pas sorti du bois… »

Témoin impuissant du cancer dans Nouvelle Adresse, Pilon explore l’autre spectre de la maladie dans Mémoires Vives, où son personnage est atteint d’une tumeur au cerveau intraitable. « L’approche est complètement différente. Quand tu as la maladie, tu n’as pas nécessairement le goût d’en parler aux autres, alors que quand un de tes proches est atteint, tu veux tout savoir et tu veux en parler. Avec mes personnages, je vis les deux côtés de la médaille. »

Le grand succès de Vrak.tv

Contrairement aux deux émissions diffusées à Radio-Canada, le téléroman de Vrak.tv, Le Chalet, est placé sous le signe de la légèreté. Tant dans la description de son personnage – un charmeur un peu cliché, mais sincèrement bon avec ses proches – que dans l’expérience de tournage.

« Nous avons tourné à St-Donat dans un véritable chalet et nous étions logés tout près. Il n’y avait aucun réseau cellulaire. Ça a contribué à l’ambiance et la complicité qu’on sent entre les acteurs dans l’émission. Avec les répétitions et les tournages, on est devenus d’excellents amis. On a le même humour, le même langage, les mêmes références. On improvise souvent et ça marche très bien! C’est le plus beau projet de toute ma vie! »

Pas surprenant qu’il espère qu’une deuxième saison soit commandée par le réseau jeunesse. Avec des cotes d’écoute frôlant les 200 000 téléspectateurs – fait rare pour la chaîne câblée –, cela augure bien.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les nouveautés télé de 2015