NOUVELLES

Trois pays africains affrontent les djihadistes de Boko Haram

04/02/2015 10:17 EST | Actualisé 06/04/2015 05:12 EDT

MAIDUGURI, Nigeria - Des soldats et des aéronefs provenant de trois armées africaines ont attaqué les combattants de Boko Haram sur au moins deux fronts mercredi, faisant possiblement des centaines de morts dans les rangs des djihadistes.

L'armée du Tchad affirme avoir été attaquée mardi au Cameroun par Boko Haram, ce qui illustre bien la nature de plus en plus internationale du conflit.

Le colonel tchadien Azem Bermendoa a affirmé à la télévision, tard mardi, que l'armée a lancé une contre-offensive et pourchassé les djihadistes jusqu'au Nigeria, où ils auraient été anéantis.

Les violences auraient coûté la vie à plus de 200 extrémistes et neuf soldats tchadiens, a-t-il dit.

Mercredi, des centaines de djihadistes chassés de leur base de Gamboru ont traversé la frontière pour attaquer les forces tchadiennes à Fotokol, dans le nord du Cameroun, ont révélé des résidants et des officiers militaires.

L'armée camerounaise s'est alors mobilisée pour aider le Tchad à repousser les envahisseurs. Des témoins et des officiers camerounais ont confirmé que les affrontements ont bel et bien eu lieu.

Pendant ce temps, des avions de chasse nigérians et des hélicoptères de combat tchadiens poursuivent les frappes aériennes qui ont déjà chassé les djihadistes d'une douzaine de villes du nord du Nigeria, où ils ont autoproclamé un califat islamique en août.

L'offensive de cette semaine est la plus importante à être lancée contre Boko Haram en cinq ans.

Des dirigeants de l'Union africaine se rencontraient mercredi au Cameroun pour finaliser le mandat de la force multinationale de 7500 hommes qui sera mobilisée pour combattre Boko Haram. Les soldats proviendront du Nigeria et de ses quatre voisins francophones.

Les djihadistes se sont emparés de 130 villes et villages au cours des derniers mois dans le nord-est du Nigeria, le long des frontières avec le Cameroun, le Tchad et le Niger.

PLUS:pc