NOUVELLES

Phil Mickelson croit que Tiger Woods peut facilement régler ses problèmes

04/02/2015 08:20 EST | Actualisé 06/04/2015 05:12 EDT

SAN DIEGO - Il y a au moins un golfeur qui n'est pas inquiet au sujet de Tiger Woods et de ses ennuis actuels : son rival de plus longue date, Phil Mickelson.

Woods tente de se remettre de la pire ronde de sa carrière sur le circuit de la PGA — un score de 82 — la semaine dernière à l'Omnium de Phoenix. Il a raté le seuil de qualification par 12 coups, et c'était aussi la première fois qu'il ne participait pas aux deux dernières rondes lors de deux tournois consécutifs, bien que cette séquence couvre des rendez-vous séparés de six mois l'un de l'autre. Son jeu autour des verts a été particulièrement mauvais.

Du même coup, au lieu de prédire à quel moment Woods pourrait égaler la marque de Jack Nicklaus pour le nombre de triomphes lors de tournois majeurs (18 contre 14), certaines personnes se demandent si Woods obtiendra les trois victoires nécessaires pour égaler le record de 82 en carrière, qui appartient à Sam Snead.

«Je pense que Tiger est celui aura le dernier mot, a lancé Mickelson mercredi. Je pense que son jeu autour des verts, sur le plan historique, est l'un des meilleurs de tous les temps. Je pense que son jeu est probablement le meilleur de tous les temps.»

Selon Mickelson, les ennuis de Woods autour de la surface de coups roulés s'expliquent par le fait qu'il n'a pas beaucoup joué dernièrement. L'Omnium de Phoenix était seulement le deuxième tournoi auquel Woods participait en six mois, après avoir pris congé pour bien se remettre d'une opération au dos et pour retrouver toute sa force. Durant cette période de congé, Woods a commencé à travailler avec un nouvel instructeur, Chris Como.

«Je pense que lorsque vous jouez peu, le jeu autour des verts est le premier à vous causer des difficultés et le plus facile à régler, a affirmé Mickelson après avoir participé à une ronde pro-am en marge de l'Omnium Farmers Insurance.

«Je ne pense pas qu'il aura des problèmes, j'en suis certain. Je pense que chacun d'entre nous — incluant moi-même — a connu des périodes où n'étions pas tout à fait à l'aise. Nous ne frappons pas la balle solidement, et habituellement, il s'agit de correctifs mineurs à apporter parce que l'élan est si court. Je doute que ça dure plus longtemps qu'une semaine ou deux», de renchérir Mickelson, qui a lui aussi manqué le seuil de qualification à l'Omnium de Phoenix après avoir signé une carte de 76 lors du deuxième parcours.

PLUS:pc