NOUVELLES

15 mois de prison pour l'ex-employée de CHSLD, Immacula Eugène

04/02/2015 12:55 EST | Actualisé 04/02/2015 12:56 EST
Radio-Canada

La juge a condamné l'ancienne employée du CHSLD Saint-Lambert-sur-le-golf Immacula Eugène à une peine de 15 mois de prison pour avoir maltraité des patients.

Mme Eugène passera ainsi les 342 prochains jours en prison puisqu'il faut soustraire le temps qu'elle a déjà purgé en détention préventive.

La juge Hellen Paré a souligné que la peine retenue contre Mme Eugène en était une « à valeur de dissuasion et de message » pour tous ceux qui travaillent auprès des personnes âgées, vulnérables ou en perte d'autonomie. « Le système est écorché » en raison de cette affaire, a-t-elle ajouté.

La juge Paré s'est ainsi rendue à la suggestion commune des procureurs de la Couronne et de la défense. Elle avait pris la détermination de la peine en délibéré à la fin du mois de janvier. Convenant qu'une peine de prison s'imposait en raison de la gravité des gestes reprochés à l'ancienne préposée, elle voulait prendre le temps de réfléchir à la suggestion des avocats.

« C'est un sujet sensible, parce qu'il touche toute la population, avait-elle déclaré à cette occasion. Tout le monde connaît quelqu'un ou a un proche vulnérable qui réside dans une maison d'hébergement et y reçoit des soins. »

Immacula Eugène, 52 ans, a reconnu sa culpabilité l'an dernier à des accusations de voies de fait contre six bénéficiaires en plus d'avoir administré à deux reprises des anxiolytiques à deux patients, à leur insu, pour les faire dormir. Mme Eugène dissimulait les comprimés dans de la compote de pommes. Elle avait dérobé ces médicaments dans un autre établissement.

Une enquête du coroner a d'ailleurs établi que la consommation de ces médicaments (du Serax) a probablement entraîné une détérioration soudaine de l'état de santé d'un des deux patients, Denise Beaulieu, 87 ans, qui est décédée quelques jours plus tard.

Mme Eugène, qui était également accusée de trafic de stupéfiants et d'avoir administré une substance délétère à une octogénaire, a plaidé coupable à cinq des six chefs retenus contre elle.

Elle avait été arrêtée en décembre 2013 en compagnie d'une autre ex-employée. Les faits reprochés sont survenus au cours du mois de juillet 2013.

Un CHSLD en PPP critiqué

Les faits reprochés à Immacula Eugène sont survenus en juillet 2013 au CHSLD Saint-Lambert-sur-le-Golf, le premier centre du genre géré en partenariat public-privé (PPP) au Québec. C'est le Groupe Savoie, aussi propriétaire des Résidences Soleil, qui dirige l'établissement. La qualité des soins a fait l'objet de plusieurs critiques par le passé.

D'ailleurs, le propriétaire Eddy Savoie a déjà tenté de faire taire la fille d'une résidente qui se plaignait des soins, en la poursuivant pour diffamation. Sa poursuite a été rejetée et jugée abusive par la Cour supérieure. M. Savoie a été condamné à verser 300 000 $ en dommages à Pierrette Thériault-Martel.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les scènes cultes du 7e art vues par des retraités