POLITIQUE

Des manifestants interpellent Couillard

03/02/2015 01:38 EST | Actualisé 03/02/2015 04:11 EST
Radio-Canada

Le discours du premier ministre Philippe Couillard devant la Chambre de commerce de Montréal a été perturbé par des manifestants.

Une dizaine de personnes se sont levées, affiches en mains, demandant à M. Couillard de s'arrêter au moment où il prononçait son allocution.

« Non, je ne m'arrêterai pas », a rétorqué le premier ministre, poursuivant son discours, obligé de hausser la voix pour se faire entendre.

Les manifestants opposés aux politiques du gouvernement brandissaient des pancartes où il était écrit « Stop Couillard ». Les manifestants ont été rapidement escortés par les policiers. Philippe Couillard n'a pas interrompu son discours.

À l'extérieur, plusieurs dizaines de manifestants étaient rassemblés répondant à l'appel de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics.

« Comment peut-on parler de prospérité dans un contexte où la majorité de la population québécoise fait face à une détérioration de ses conditions de vie? », s'interroge Kim De Baene, co-porte-parole de la Coalition, dans un communiqué rendu public en début d'après-midi.

Pour Kim De Baene, le gouvernement doit aller chercher l'argent où il se trouve. Elle reproche aux libéraux d'avoir « fait le choix de ne pas lutter efficacement contre l'évasion fiscale, ni de rétablir la taxe sur le capital des institutions financières, ni de mieux contrôler le coût des médicaments, ni d'augmenter le taux d'imposition des entreprises. Ce sont pourtant des milliards de dollars qui dorment et qui permettraient à l'État de renflouer ses coffres ».

Le premier ministre prenait part à une conférence devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain intitulée Ensemble on fait avancer le Québec sur la voie de la prospérité.

Des manifestants devant le palais des congrès où Philippe Couillard prend la parole. Photo : Radio-Canada

LIRE AUSSI:

» Démissions: Couillard a toujours confiance en Hydro-Québec

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter