NOUVELLES

Le prince Ali aurait reçu l'appui des États-Unis pour contrer Blatter

03/02/2015 11:36 EST | Actualisé 05/04/2015 05:12 EDT

LONDRES - Le vice-président de la FIFA, le prince Ali ben al-Hussein, a révélé que les États-Unis figuraient parmi les associations nationales qui l'ont choisi pour se dresser contre Sepp Blatter à l'élection pour la présidence et il dénonce la «culture de l'intimidation» qui prévaut au sein de l'organisme.

Le Jordanien a également obtenu l'appui pour l'élection de mai de sa fédération nationale, du Bélarus, de Malte, de l'Angleterre et de la Géorgie. Mais son incapacité à recueillir un large soutien au-delà de son pays natal au sein de la Confédération asiatique de football (AFC) souligne la tâche difficile qui l'attend pour détrôner Blatter, qui se présente pour un cinquième mandat de quatre ans.

«Nous avons obtenu des promesses de sa part qu'il ne se présenterait pas de nouveau mais, de toute évidence, ce n'est pas le cas, a précisé le prince Ali. En toute honnêteté et intégrité, il doit donner une chance à d'autres.»

La direction de l'AFC a déjà accordé son soutien à Blatter, ainsi que les confédérations sud-américaine, africaine et de l'Océanie.

«Il y a un peu une culture d'intimidation au sein de la FIFA, mais, cela étant dit, c'est une candidature pour le monde entier, a déclaré le prince Ali. Dans le passé, les gens ont pris position et ils ont peut-être été punis pour cela.»

Le Néerlandais Michael van Praag et le Portugais Luis Figo ont également déposé leur candidature.

«C'est une longue campagne d'ici le 29 mai et je pense qu'il ne faut éliminer personne, a soutenu le prince. Je ne crois pas que quiconque a la mainmise sur toute confédération.»

PLUS:pc