NOUVELLES

Le pilote jordanien détenu par le groupe État islamique aurait été brûlé vif

03/02/2015 12:25 EST | Actualisé 05/04/2015 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - La Jordanie a confirmé mardi que le pilote retenu en otage par le groupe armé État islamique avait été tué.

Des images mises en ligne par des sites islamistes montreraient le pilote être brûlé vif.

L'Associated Press a été incapable de confirmer l'authenticité de cette vidéo de 20 minutes, qui porte le logo de la branche médiatique al-Furqan des extrémistes.

Le lieutenant Muath al-Kaseasbeh a été capturé en décembre quand son chasseur s'est écrasé près de Raqqa, en Syrie, la capitale du califat autoproclamé des djihadistes. Il est devenu le seul pilote de la coalition américaine à être capturé.

Le roi Abdallah II, en visite officielle aux États-Unis, a lancé un appel à l'union sur les ondes de la télévision jordanienne. Confirmant la mort du pilote, il a déclaré qu'il «était du devoir de tous de demeurer unis et de montrer les véritables valeurs des Jordaniens devant cette épreuve».

Toutefois, dans le village d'Ai, là où demeurait le pilote, de violentes manifestations ont éclaté. Un édifice de l'administration locale a été incendié. Selon des témoins, la situation était tendue, les rues étaient patrouillées par les policiers de l'escouade anti-émeute.

Apprenant la nouvelle, plusieurs proches du pilote, réunis près d'une place d'assemblée, ont scandé des slogans contre le roi Abdallah II tandis que d'autres pleuraient. Un oncle a crié en arabe qu'il avait reçu un appel du chef d'état-major qui lui avait dit qu'Allah bénissait l'âme du pilote.

Des centaines de manifestants sont descendus dans les rues, scandant: «Il n'y a de dieux qu'Allah et le martyr est aimé d'Allah».

Un porte-parole de l'armée jordanienne a confirmé la mort du pilote et a promis qu'il serait vengé. «L'armée pleure son martyr mais elle veut aussi souligner que son sang ne coulera pas en vain. La vengeance et les représailles seront proportionnelles à cette perte qui a frappé l'ensemble des Jordaniens», a déclaré le général Mamdouh Al-Amiri, dans un communiqué lu à la télévision.

D'autres responsables jordaniens ont déclaré que le pays maintiendrait et renforcerait sa participation au sein de la coalition. «Nous savons maintenant, hors de tout doute, jusqu'à point l'État islamique est (une organisation) barbare, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Mohammed al-Momani. Ceux qui doutaient de l'unité des Jordaniens verront qu'ils ont eu tort. Quiconque doute de la réaction ferme et meurtrière de la Jordanie verra qu'il a tort.»

Un responsable jordanien de la sécurité a affirmé plus tard sous le couvert de l'anonymat que la Jordanie exécuterait une détenue liée à Al-Qaïda, mercredi, à l'aube. La Jordanie s'était déclarée prête à échanger le militaire pour la terroriste irakienne Sajida al-Rishawi, qui a été condamnée à mort pour sa participation à un attentat qui a fait 60 morts en Jordanie en 2005.

La Jordanie avait toutefois réclamé, en vain, une preuve que le lieutenant al-Kaseasbeh était toujours vivant avant d'aller de l'avant avec l'échange. La télévision jordanienne rapporte mardi que le militaire a en fait été tué le 3 janvier, ce qui permet de se demander si les négociations n'ont jamais vraiment eu lieu.

Ces images ont été mises en ligne trois jours après la décapitation présumée de l'otage japonais Kenji Goto. La vidéo de l'exécution de M. Goto a été diffusée samedi et ne faisait aucune mention du sort du pilote jordanien.

La vidéo du pilote permet de constater qu'il avait été sévèrement battu. On le voit vêtu d'une combinaison orangée, dans une cage à l'extérieur. Un militant met alors le feu à une conduite carburant qui mène à la cage.

PLUS:pc