NOUVELLES

Le CSSS recommande la création d'un centre d'injection supervisée à Québec

03/02/2015 06:37 EST | Actualisé 05/04/2015 05:12 EDT

QUÉBEC - Le Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale recommande d’offrir à Québec des services d’injection supervisée pour «rejoindre les usagers de drogues par injection qui ne le sont pas par les services actuels».

Le CSSS de Québec a dévoilé mardi son rapport, commandé dans la foulée du jugement unanime de la Cour suprême du Canada en septembre 2011 favorable à l’organisme Insite à Vancouver.

À l'époque, le gouvernement du Québec avait fait part de son intention d’accueillir favorablement des projets de services d’injection supervisée au Québec en tenant compte des critères dictés par le plus haut tribunal du pays, a rappelé le CSSS.

Le CSSS de la Vieille-Capitale dit croire à la pertinence de tels projets à Québec pour «contribuer à stabiliser l’état de santé des utilisateurs de drogues par injection», réduire les risques de santé publique reliés aux pratiques d’injection, et réduire les coûts de santé associés aux traitements des infections transmissibles sexuellement et par le sang.

Le rapport ajoute que la mise en place de services d’injection supervisée ne doit pas constituer une fin en soi, et ne doit pas se faire au détriment des services déjà existants.

Le CSSS de la Vieille-Capitale soumet ainsi ses recommandations à l’Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale, dans un document intitulé «Rapport sur la situation de la consommation de drogue par injection à Québec et sur la pertinence d’offrir des services d’injection supervisée».

Le comité était composé de représentants de la santé publique, d'organismes communautaires et du service de police.

Le centre de santé mentionne qu'il est recommandé de poursuivre les travaux afin de «définir les paramètres d’une offre de services d’injection supervisée à Québec (nature des services, partage des rôles, lieu, enjeux légaux, financement, évaluation, etc.)», en précisant notamment les conditions à mettre en place à l’égard de l’acceptabilité sociale des sites d'injection supervisée à Québec.

PLUS:pc