NOUVELLES

Lutte contre Boko Haram: l'armée tchadienne lance son offensive terrestre au Nigeria

03/02/2015 08:50 EST | Actualisé 03/02/2015 08:50 EST
SIA KAMBOU via Getty Images
A picture taken on January 27, 2015 shows Chadian soldiers watching as a UN vehicle from a United Nations' refugee agency (UNHCR) convoy crosses a branch of lake Chad, heading to the UNHCR camp in N'Gouboua, in Chad's Lake Chad region. Since the beginning of January more than 14,000 people have fled over the Nigerian border into Chad to escape the bloody attacks by Islamist group Boko Haram around Baga, according to Mamadou Dian Balde, of the UN's refugee agency. AFP PHOTO/ SIA KAMBOU (Photo credit should read SIA KAMBOU/AFP/Getty Images)

L'armée tchadienne a déclenché mardi son offensive terrestre au Nigeria contre Boko Haram, pénétrant dans la ville de Gamboru depuis la frontière camerounaise après de violents combats avec les islamistes qui contrôlaient la ville depuis plusieurs mois.

C'est la première fois que les troupes tchadiennes, qui se sont déployées mi-janvier au Cameroun avec la volonté d'en découdre avec Boko Haram, pénètrent sur le sol du Nigeria, dont l'armée est très critiquée pour son inefficacité dans la lutte contre le groupe islamiste.

L'offensive tchadienne intervient à l'approche de l'élection présidentielle nigériane du 14 février, où le chef de l'État Goodluck Jonathan vise un nouveau mandat dans un pays miné par les attentats et les attaques de Boko Haram.

Le président a échappé lundi à un attentat-suicide à la sortie d'un meeting dans le nord-est du Nigeria, région dont Boko Haram contrôle des pans entiers. L'attentat-suicide qui a secoué le parking du stade de Gombe quelques minutes après le départ de M. Jonathan, lundi après-midi, n'a pas été revendiqué pour l'instant, mais deux femmes kamikazes sont soupçonnées d'en être à l'origine, selon les secours et une source hospitalière.

L'armée tchadienne a par ailleurs concentré des troupes à Daboua, dans l'ouest du Tchad, près de la frontière avec le Niger et le Nigeria, selon des sources militaires tchadiennes, tout en bombardant des îles du lac Tchad ces derniers jours, d'après des habitants de la région.

Mardi matin, les blindés et les fantassins tchadiens ont franchi le pont séparant la ville camerounaise de Fotokol de la ville frontalière nigériane de Gamboru, au Nigeria, après d'importants bombardements aériens et d'artillerie et des échanges de tirs nourris avec les islamistes, qui avaient pris la ville il y a plusieurs mois, a constaté un journaliste de l'AFP.

Ils sont dans toute la ville

Les opérations aériennes ont duré près d'une heure, puis les blindés tchadiens ont défoncé les obstacles placés sur le pont pour permettre le passage des troupes, qui sont entrées dans Gamboru vers 11H00 (10H00 GMT).

L'intégralité du contingent de 2000 hommes environ, selon des sources militaires, était entré au Nigeria à la mi-journée, alors que plus aucun tir n'était entendu.

Les forces camerounaises, et notamment l'unité d'élite, le Bataillon intervention rapide, qui protégeaient Fotokol depuis des mois, sont elles restées sur leurs positions, a constaté le journaliste de l'AFP.

Le Nigeria avait annoncé lundi en fin de journée avoir repris Gamboru, alors même que l'armée tchadienne y avait pilonné pendant trois jours consécutifs les positions de Boko Haram.

Les Tchadiens, qui ont préparé le terrain avec leurs bombardements, se méfiaient des combattants islamistes. "Ils sont dans toute la ville, se cachent dans les maisons et ont placé des snipers partout", avait expliqué dimanche à l'AFP un officier de l'armée tchadienne, sous couvert d'anonymat.

Boko Haram avait pris le contrôle de plusieurs villes longeant la frontière nord-est du Nigeria, multipliant les attaques dans les pays frontaliers et s'aventurant en particulier au Cameroun.

La force régionale censée lutter contre le groupe islamiste s'était retirée de sa base de Baga, sur les rives sud du lac Tchad, au Nigeria, en raison de différends entre Abuja et ses voisins, laissant la voie libre aux islamistes qui y avaient commis, lors d'une importante offensive début janvier, des massacres et des destructions massives, qualifiés de "crimes contre l'humanité" par la communauté internationale.

L'insurrection de Boko Haram a fait plus de 13.000 morts et 1,5 million de déplacés au Nigeria depuis 2009.

L'Union africaine a appelé vendredi et samedi à la mobilisation en Afrique contre les islamistes nigérians, lors d'un sommet à Addis Abeba, et demandé la mise en place d'une force militaire régionale de 7.500 hommes, une idée soutenue par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Ce que vous devez savoir sur Boko Haram