NOUVELLES

Philippe Couillard applaudit le geste de Réal Ménard pour bloquer l'imam Chaoui

02/02/2015 03:35 EST | Actualisé 04/04/2015 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le premier ministre Philippe Couillard applaudit la décision des autorités de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve de modifier la réglementation de l'arrondissement afin d'empêcher l'imam Hamza Chaoui d'y prêcher son discours rigoriste.

«Je suis très content que la Ville de Montréal, par l'outil qui était le leur, ait agi», a déclaré M. Couillard, qui participait au Rendez-vous de l'aluminium à Saguenay, lundi.

«Ce n'est pas un discours qu'on accueille favorablement, loin de là, au Québec. Bien sûr, il y a une liberté d'expression chez nous, mais elle doit être encadrée et ne surtout pas permettre de glissement vers le radicalisme et, même, éventuellement, une dérive encore plus sérieuse.»

M. Couillard a du même coup reconnu que le gouvernement du Québec possède très peu d'outils législatifs lui permettant d'intervenir dans de telles situations, mais il a promis d'y remédier.

«On a un ensemble de mesures qui vont être déployées: d'abord l'intervention dans les communautés en prévention; une législation sur la neutralité — qui n'a rien à voir avec la question qui est présente ici; des mesures également contre des manifestations radicales de la pratique religieuse qui porte atteinte aux droits des gens», a énuméré le premier ministre.

Il a toutefois rappelé que la question de la liberté d'expression, qui est au coeur du débat entourant l'imam controversé, demeure fort délicate.

«À partir du moment où on commence à définir jusqu'où la liberté d'expression va, il faut être très prudent. Il faut s'assurer qu'on intervient de la bonne façon. Pour moi, le meilleur repère, c'est le repère de la sécurité, du danger de radicalisation. C'est sur ce repère-là que la Ville de Montréal a pris sa décision», a-t-il fait valoir.

M. Couillard en a profité pour rappeler à l'ordre les différents acteurs qui seraient tentés de réclamer des mesures qui font abstraction du droit et des questions, justement, de sécurité publique.

«Il faut (...) surtout éviter la démagogie et les raccourcis faciles et faire croire aux gens que c'est facile à régler alors que ce sont des questions qui sont compliquées, des questions de vie en société extrêmement importantes», a-t-il dit.

Les élus municipaux ont utilisé le règlement d'urbanisme pour arriver à leurs fins, ce qui leur permet d'intervenir sans viser nommément l'imam Chaoui. Plutôt qu'une véritable mosquée, celui-ci voulait s'installer dans un centre communautaire pour mener ses activités.

Or, la modification au règlement vise justement les centres communautaires en restreignant désormais la nature des activités que l'on peut y retrouver.

«Certaines expressions, souvent trop générales, ne traduisent pas l'activité projetée ou encore les usages n'y sont pas clairement définis. Nous croyons important de distinguer au niveau réglementaire les activités associées aux lieux de culte et celles associées à une offre de services communautaires», a précisé le maire de l'arrondissement, Réal Ménard, dans un communiqué diffusé lundi matin.

L'imam Chaoui défend une vision rigoriste de l'Islam qui s'oppose notamment à la démocratie parce que celle-ci permet l'élection d'homosexuels et d'athées. Il estime de plus que les femmes devraient avoir un tuteur.

PLUS:pc