NOUVELLES

Ebola: début des essais de deux vaccins au Liberia

02/02/2015 04:34 EST | Actualisé 02/02/2015 04:35 EST
WPA Pool via Getty Images
LONDON - ENGLAND - SEPTEMBER 17: Professor Adrian Hill, Director of the Jenner Institute, and Chief Investigator of the trials with the ebola vaccine called Chimp Adenovirus type 3 (ChAd3), holds up the vaccine before the first healthy UK volunteer receives their ebola vaccine, at the Oxford Vaccine Group Centre for Clinical Vaccinology and Tropical Medicine (CCVTM) on September 17, 2014 in Oxford, England. (Photo by Steve Parsons-WPA Pool/Getty Images)

Les premiers essais des deux vaccins contre Ebola jugés les plus prometteurs ont débuté lundi au Liberia, l'un des pays les plus touchés par le virus, a annoncé l'hôpital Redemption de Monrovia, la capitale, où se déroulent les premiers tests.

Il s'agit du ChAd3, développé par la firme britannique GSK (GlaxoSmithKline) avec l'Institut américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), et du rVSV-ZEBOV de l'agence de santé publique du Canada (PHAC), dont le laboratoire américain Merck a acquis les droits et coopère avec la société américaine NewLink Genetics.

"Ces deux vaccins se sont révélés prévenir Ebola chez les animaux et ont été déterminés sûrs lors de tests humains sur des études d'innocuité plus petites en Afrique, en Europe et en Amérique", a rappelé le projet de coopération américano-libérien Prevail (Partenariat pour la recherche sur les vaccins anti-Ebola au Liberia) dans un communiqué.

"L'essai commence à l'hôpital Redemption à Monrovia. D'autres sites seront ajoutés dans d'autres hôpitaux à Monrovia et ses environs après les 600 premiers participants", selon le texte.

"Nous avons accueilli 20 personnes venues volontairement se faire administrer le vaccin mais nous n'en acceptons que 12 par jour", a déclaré à l'AFP le responsable des tests de l'établissement, Melvin Johnson.

Les essais ont été officiellement lancés dans cet hôpital dimanche lors d'une cérémonie en présence du vice-président Joseph Boaikai.

"Nous espérons que ce projet scientifique que nous lançons ici aujourd'hui apportera une réponse au mystère qui entoure cette maladie" pour laquelle il n'existe aucun vaccin homologué, a déclaré M. Boaikai.

Le directeur du Wellcome Trust, au Royaume-Uni, qui finance des recherches contre Ebola, Jeremy Farrar a jugé "fantastique que ces premiers essais de vaccins à grande échelle se déroulent au Liberia, un pays qui a énormément souffert au plus fort de l'épidémie", avec au moins 3 700 morts sur les quelque 9 000 recensés dans l'épidémie.

Les chercheurs, sous la supervision du NIAID, visent un échantillon de 27 000 hommes et femmes en bonne santé, âgés de 18 ans et plus.

Selon Prevail, ces vaccins peuvent causer des douleurs, des inflammations ou des enflures au bras, aussi bien que la fièvre, des maux de tête, de la fatigue mais ces effets secondaires "ont été légers ou modérés et ont disparu d'eux-mêmes".

Selon les chercheurs, le niveau d'immunisation requis pour prémunir un être humain d'Ebola reste inconnu.

L'épidémie en Afrique de l'Ouest, la plus grave depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976, partie en décembre 2013 du sud de la Guinée, a suscité une accélération des procédures d'essais de vaccins et traitements, qui pourraient cependant ne servir qu'après la fin officielle de celle-ci, en net déclin depuis plus d'un mois.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • James et Tamah Mulbah
    John Moore via Getty Images
    James Mulbah, 2 ans, pose avec sa mère, Tamah Mulbah, 28 ans, qui a aussi guéri d\'Ebola dans la section à risque bas du centre d etraitement, le 16 octobre 2014 à Paynesville, Liberia.
  • Benetha Coleman
    John Moore via Getty Images
    Benetha Coleman, 24 ans, le 16 octobre 2014 à Paynesville. Elle déclare que son mari et ses deux enfants ont succombé à l\'épidémie.
  • Jeremra Cooper
    John Moore via Getty Images
    Jeremra Cooper, 16 ans, se protège de la chaleur, le 16 octobre 2014, à Paynesville. Il dit avoir perdu six membres de sa famille à cause de l\'épidémie et s\'être remis après un mois.
  • Zaizay Mulbah et Mark Jerry
    John Moore via Getty Images
    Zaizay Mulbah, 34 ans, et Mark Jerry, 30 ans, attendent de commencer leurs heures de travail au centre de traitement de Médecins sans frontières, le 12 octobre 2014 à Paynesville.
  • Eric Forkpa
    John Moore via Getty Images
    Eric Forkpa, 23 ans, le 16 octobre 2014, à Paynesville. Cet étudiant en ingénierie déclare avoir été contaminé par son oncle, qui lui a succombé. Il a passé 18 jours au centre de traitement.
  • Emanuel Jolo
    John Moore via Getty Images
    Emanuel Jolo, 19 ans, dans le centre de traitement de Paynesville, le 16 octobre 2014. Il a perdu six membres de sa famille et aurait été contaminé en lavant le corps de son père.
  • Sontay Massaley
    John Moore via Getty Images
    Sontay Massaley, 37 ans, sort du centre de traitement le 12 octobre 2014, à Paynesville. Elle travaillait comme vendeuse de rue avant d\'attraper le virus.
  • Victoria Masah
    John Moore via Getty Images
    Victoria Masah, 28 ans, le 16 octobre 2014, à Paynesville. Son mari et deux de ses enfants seraient morts d\'Ebola.
  • Abrahim Quota
    John Moore via Getty Images
    Abrahim Quota, 5 ans, devant le centre de traitement JFK de Monrovia, le 13 octobre 2014. Il était arrivé deux jours auparavant au centre avec ses parents, tous deux décédés depuis.
  • Lassana Jabeteh
    John Moore via Getty Images
    Lassana Jabeteh, 36 ans, avant de commencer sa journée en tant que garde-malade au centre de traitement de Paynesville, le 12 octobre 2014. Ce chauffeur de taxi dit avoir contracté le virus en transportant un policier infecté qui a vomi dans sa voiture sur le chemin de l\'hôpital.