NOUVELLES

Cacouna figure dans les plans d'Énergie Est, selon le président du projet

02/02/2015 04:40 EST | Actualisé 04/04/2015 05:12 EDT

OTTAWA - Le président du projet d'oléoduc Énergie Est continue de plaider pour la construction d'un terminal maritime à Cacouna, et ce, même si le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a déjà suggéré à TransCanada de regarder ailleurs.

Au cours d'une allocution devant le Cercle canadien d'Ottawa, François Poirier a affirmé lundi que le projet d'oléoduc de 4600 kilomètres prévoyait des terminaux à Cacouna, dans le Bas-Saint-Laurent, ainsi qu'à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

«Énergie Est est de loin préférable au statu quo», a-t-il affirmé au sujet de l'oléoduc qui pourrait acheminer jusqu'à 1,1 million de barils de pétrole par jour d'un bout à l'autre du pays.

Craignant pour la santé des bélugas, des écologistes avaient réussi à obtenir en septembre dernier une injonction auprès de la Cour supérieure du Québec afin de forcer TransCanada (TSX:TRP) à suspendre ses forages exploratoires.

Quelques mois plus tard, en décembre, M. Couillard avait suggéré à la société pétrolière de se tourner vers d'autres sites pour son terminal en raison de la nouvelle classification des bélugas dans la catégorie des espèces en voie de disparition.

En marge de son allocution, M. Poirier a indiqué que l'entreprise albertaine continuait d'étudier divers scénarios, mais que le projet à Cacouna irait de l'avant seulement si l'entreprise est assurée qu'il n'y aura pas d'impacts négatifs sur les bélugas. «Évidemment, si la poursuite de nos plans à Cacouna demeure appropriée, cela met la barre plus haute en ce qui concerne les stratégies d'atténuation», a-t-il précisé.

Le discours du président du projet d'oléoduc a été interrompu par quatre manifestantes qui ont brandi des pancartes de protestation durant quelques minutes avant de quitter calmement la salle de bal où se tenait la conférence.

François Poirier a également affirmé lundi que le projet Énergie Est demeurerait rentable sans terminal maritime à Cacouna, même si TransCanada aurait à négocier avec des expéditeurs.

Cette infrastructure permettrait entre autres à la société d'exporter du pétrole qui serait acheminé des sables bitumineux de l'Alberta dans le cadre de son projet d'oléoduc Énergie Est, soumis à l'Office national de l'énergie.

PLUS:pc