NOUVELLES

Rudd veut que Baird l'aide à réformer des agences des Nations unies

01/02/2015 04:13 EST | Actualisé 03/04/2015 05:12 EDT

OTTAWA - L'ancien premier ministre australien Kevin Rudd s'est rendu à Ottawa la semaine dernière pour inviter le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, à l'aider à réformer l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Kevin Rudd dirige depuis l'automne la Commission indépendante sur le multilatéralisme, dont John Baird est l'un des co-présidents, aux côtés du ministre des Affaires étrangères de la Norvège, Borge Brende. L'objectif de cette commission rattachée à l'International Peace Institute est de réformer le système de l'ONU, et d'aider ainsi l'organisation à mieux gérer les menaces à la sécurité mondiale telles le terrorisme et les pandémies.

Pourtant, plusieurs observateurs, dont l'ambassadeur français au Canada sortant la semaine dernière, constatent avec inquiétude que le gouvernement conservateur s'éloigne de plus en plus de l'ONU. Le premier ministre Stephen Harper et le ministre Baird ont fréquemment critiqué l'inefficacité et le repli sur elle-même de la plus grande institution multilatérale de la planète. Ce qui n'empêche pas Kevin Rudd de penser que l'approche ferme de John Baird fait de lui un partenaire idéal pour son mandat de deux ans à la recherche de moyens concrets pour rendre l'institution plus efficace.

Pour l'instant, M.Rudd a ajouté sa voix à ceux qui reprochent à l'OMS d'avoir répondu trop lentement à l'épidémie du virus Ebola qui s'est déclarée en Afrique de l'Ouest en 2014. «Au 21e siècle, avec la mondialisation, les moyens de communications et les déplacements de populations, nous devons avoir un système de santé global pleinement intégré et compétent qui a la capacité de lever un drapeau rouge dès qu'un problème se pointe à l'horizon», a-t-il déclaré vendredi en entrevue.

Il estime que le problème ne vient pas de l'autorité de la directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, mais découlent plutôt d'erreurs structurelles qui donnent aux fédérations régionales de l'organisation un droit de veto sur le siège social de Genève.

Kevin Rudd estime que John Baird est la meilleure personne pour l'aider à «modifier structurellement les règles» de l'OMS. «Il est ce que j'appellerai un internationaliste pragmatique», a-t-il résumé en vantant «son approche de résolution pratique des problèmes».

PLUS:pc