NOUVELLES

Otage décapité: condamnation internationale et promesse de lutter contre l'EI

01/02/2015 04:30 EST | Actualisé 02/04/2015 05:12 EDT

TOKYO - La communauté internationale condamne avec véhémence l'exécution d'un deuxième otage japonais par le groupe armé État islamique.

Une vidéo mise en ligne samedi semble démontrer que le groupe extrémiste a décapité le journaliste Kenji Goto.

Le premier ministre japonais Shinzo Abe s’est dit scandalisé et indigné par cet acte de terrorisme qu'il a qualifié «d'immoral et haineux». Il a affirmé que son gouvernement avait tout mis en oeuvre pour tenter de faire libérer l'otage.

Le premier ministre Abe a promis que le Japon ne cèderait pas au terrorisme et continuerait d’acheminer de l’aide humanitaire aux pays qui combattent l'État islamique.

Le premier ministre canadien Stephen Harper a aussi condamné cette nouvelle exécution, disant que les Canadiens étaient étaient de tout coeur avec le Japon. Il a ajouté que le Canada continerait de travailler avec les pays alliés pour éliminer l'État islamique.

À Washington, le président Barack Obama a qualifié la décapitation de «meurtre odieux» et a affirmé la solidarité de son pays avec le peuple japonais face à cet «acte barbare».

Cette exécution fait craindre le pire pour un autre otage, le pilote jordanien Muath Kaseasbeh. Le porte-parole du gouvernement jordanien, Mohammed al-Momani, a refusé de commenter la situation.

Plus tôt cette semaine, la Jordanie a proposé de libérer une prisonnière d’Al-Qaïda en échange du pilote, mais la proposition n’a pas eu de suite.

PLUS:pc