NOUVELLES

L'imam Hamza Chaoui ne dirigera pas de centre communautaire

31/01/2015 09:29 EST | Actualisé 31/01/2015 09:29 EST
Capture d'écran

La Ville de Montréal ne délivrera pas de certificat d'occupation pour permettre les activités d'un centre communautaire musulman dirigé par Hamza Chaoui, un imam fondamentaliste, qualifié « d'agent de radicalisation » par le maire Denis Coderre.

« Nous avons affaire aujourd'hui à un agent de radicalisation. Nous avons affaire à un fomenteur de tensions sociales. »

— Denis Coderre

En conférence de presse samedi matin, M. Coderre s'est dit persuadé de ne pas brimer le concept de liberté d'expression dans cette affaire, déclarant plutôt qu'elle est du ressort de la sécurité publique et de l'ordre public.

Inquiet de voir des « loups solitaires » radicalisés poser d'autres actes de terrorisme comme ceux survenus à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Ottawa l'automne dernier, M. Coderre demande d'ailleurs aux parlementaires canadiens d'adopter rapidement le projet de loi C-51, déposé vendredi par le gouvernement conservateur et qui, pour prévenir les actes terroristes, élargit de manière importante les pouvoirs du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS).

Il demande aussi à ce sujet que l'information sensible recueillie par le SCRS puisse être relayée rapidement aux autorités concernées, comme le Service de police de Montréal ou la Sûreté du Québec, afin de protéger adéquatement la population.

M. Coderre tient toutefois à souligner qu'il est important de faire la différence entre cet individu et la communauté musulmane, qu'il ne faut pas, dit-il, « stigmatiser ».

« C'est clair que ça n'a rien à voir avec la religion », a précisé M. Coderre, qui souligne qu'il fera tout ce qui est son pouvoir pour protéger les citoyens, mais qu'il est également important de faire en sorte de respecter les droits de chacun.

À LIRE AUSSI:

» Lettre à l'imam Hamza Chaoui

La sécurité au centre de la décision de la Ville

Selon le maire de l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard, la décision de refuser l'octroi d'un permis au centre communautaire Ashabeb a été dictée « fondamentalement par des impératifs de sécurité ».

« Des informations obtenues auprès des différents organismes responsables de l'occupation de la loi m'ont convaincu qu'il est de mon devoir de maire de ne poser aucun geste de nature administrative ou réglementaire qui aurait pour conséquence d'offrir une tribune à Hamza Chaoui . »

— Réal Ménard

« J'ai toutes les raisons de croire que sous couvert d'activités communautaires, la direction du centre Ashabeb se livrera à des activités de culte dans un secteur où le zonage l'interdit », a-t-il poursuivi.

Une décision inconstitutionnelle?

L'avocat spécialisé dans les questions de libertés individuelles Julius Grey, pense que la décision de la Ville pourrait être sujette à contestation devant la cour.

Selon lui, si le zonage du terrain où devait se retrouver le centre communautaire Ashabeb est adéquat, Hamza Chaoui et ses collaborateurs ont tout à fait le droit d'obtenir un certificat d'occupation. Il dit que la Ville n'a pas le droit de refuser l'octroi de ce certificat seulement dans le but de prohiber l'expression d'une opinion.

Me Grey pense également que Denis Coderre n'a pas respecté la division des pouvoirs prévue dans la Constitution, qu'il n'a pas respecté les limites de ce qu'une Ville peut faire.

« Il faut limiter les pouvoirs des municipalités en ce qui a trait à la sécurité nationale. Le but d'une municipalité, c'est de contrôler le territoire. Il ne faut pas que ce pouvoir devienne un troisième pouvoir qui peut nous contrôler dans la façon de vivre. »

— Me Julius Grey

Par ailleurs, Me Grey défend la liberté d'expression de Denis Coderre et croit qu'il était dans son droit d'affirmer qu'Hamza Chaoui est un agent de radicalisation.

« S'il l'a fait dans l'intérêt public et qu'il est de bonne foi, ce que je pense, il n'est pas obligé de prouver si c'est vrai ou non », fait-il valoir.

Hamza Chaoui, un fondamentaliste

Le quotidien La Presse rapportait cette semaine qu'Hamza Chaoui voulait ouvrir un centre de jeunes dans l'est de Montréal, où il entendait donner des cours de religion. Il manquait toutefois à l'imam un certificat d'occupation.

Hamza Chaoui a déjà déclaré que l'islam et la démocratie sont « complètement incompatibles » puisque des homosexuels et des athées peuvent se faire élire députés. Il croit aussi que les femmes doivent avoir un tuteur et défend l'amputation des mains chez les voleurs et l'interdiction d'écouter de la musique.

Activités communautaires

Un projet de règlement resserrant la définition d'activités communautaires sera bientôt déposé au conseil d'arrondissement, a indiqué Réal Ménard, en y excluant les lieux de prière et d'activités d'enseignement ayant trait à la religion. La possibilité d'amender les règlements régissant les certificats d'occupation afin que leurs émissions soient conditionnelles « à une enquête d'habilitation sécuritaire » sera également étudiée.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter