NOUVELLES

Le vaccin contre la grippe est inefficace (VIDÉO)

30/01/2015 10:13 EST

Le taux d'efficacité du vaccin contre la grippe est de 0 % au Québec et ailleurs au Canada depuis le début de la saison. L'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) admet que la vaccination est un échec jusqu'à maintenant.

Normalement, le vaccin contre la grippe saisonnière protège en moyenne dans 50 % à 70 % des cas. Or, seul le virus H3N2 a circulé jusqu'ici alors que le vaccin protège uniquement contre les souches B et H1N1 de l'influenza cette année.

Le médecin épidémiologiste à l'INSPQ, Gaston De Serres, admet que ses résultats décevants peuvent avoir des incidences sur les campagnes de vaccination à l'avenir.

LIRE AUSSI:

» La grippe : les symptômes, les traitements et les précautions à prendre (VIDÉO)

« C'est certain qu'une nouvelle comme ça, c'est un peu démotivant pour les gens qui viennent se faire vacciner. Mais je pense que ce serait une erreur de dire, comme ç'a été 0 % cette année, ce sera 0 % l'année prochaine », soutient le spécialiste.

« Cette année, c'est l'exception et non pas la règle » — Dr Gaston De Serres

L'an dernier, le taux d'efficacité du vaccin se situait à 70 % alors qu'il était de 50 % l'année précédente et de 60 % en 2011-2012.

Le médecin épidémiologiste précise qu'il n'est pas exclu qu'une autre souche de la grippe fasse son apparition d'ici la fin de l'hiver.

« On sait que d'ici la fin de la saison on devrait avoir de l'influenza B et pour cette partie là, le vaccin a toutes les chances de bien protéger. Mais pour le H3N2, ce qu'on a mesuré jusqu'ici, c'est qu'il n'y a pas eu de protection depuis le début de la saison », précise le Dr De Serres.

Choisir la bonne souche

Le contenu du vaccin contre la grippe est déterminé presque un an à l'avance.

C'est un comité de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui se réunit au mois de février pour déterminer quelles sont les souches de la grippe les plus susceptibles de circuler pendant la saison prochaine.

« Le problème c'est que la sélection se fait en février pour pouvoir produire le vaccin et la production prend six mois. Donc, on ne peut pas choisir le virus au mois de juillet » — Dr Gaston De Serres

Le virus a donc le temps d'évoluer et c'est ce qui s'est probablement produit cette année. Le Dr Gaston De Serres croit donc qu'il faut changer les façons de faire pour éviter ses résultats variables d'une année à l'autre.

« Je pense que ces résultats c'est le signal pour dire qu'il faut absolument faire les efforts de recherche pour développer un vaccin qui soit absolument plus efficace avec des résultats plus prévisibles », dit-il.

Aux États-Unis, le taux d'efficacité du vaccin tourne autour de 23 % depuis le début de la saison.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

10 tendances alimentaires santé