NOUVELLES

Tiger Woods joue sa pire ronde en carrière, un 82 à l'Omnium de Phoenix

30/01/2015 01:47 EST | Actualisé 01/04/2015 05:12 EDT

SCOTTSDALE, États-Unis - Tiger Woods n'avait jamais inscrit un score aussi élevé chez les pros, en 1267 rondes.

Il n'avait jamais eu l'air aussi perdu sur un terrain de golf.

Woods a ramené une carte de 82, soit 11 coups au-delà de la normale, à l'Omnium de Phoenix, vendredi. Sa journée s'est conclue avec le sixième de ses bogueys, qui s'ajoutait à deux doubles bogueys et un triple boguey.

Il se trouve bon dernier du peloton avec un total de 155, soit 13 coups au-dessus de la normale.

Pendant ce temps, l'Écossais Martin Laird a pris le contrôle du tournoi avec une ronde de 66.

Il a réussi trois oiselets sous la pluie sur le neuf de retour du TPC Scottsdale, avant de commettre son seul boguey de la journée à son dernier trou. Laird se retrouve à moins-10 après 36 trous, deux coups devant Daniel Berger, qui a inscrit un score de 69.

Justin Thomas suit un autre coup plus loin à moins-7 après une ronde de 68.

Une quinzaine de golfeurs devront compléter leur ronde samedi matin puisque les activités ont été interrompues en début de soirée vendredi en raison de la noirceur.

Graham DeLaet, de Weyburn, en Saskatchewan, a inscrit un pointage de 70 et il se retrouve à égalité au 10e rang à moins-5. Nick Taylor, d'Abbotsford, en Colombie-Britannique, et Cory Renfrew, de Victoria, devraient être les deux seuls autres Canadiens à se qualifier pour les rondes du week-end. Taylor a joué une ronde de 71 pour aboutir à égalité au 55e échelon à égalité à la normale, tandis que Renfrew a bouclé sa ronde en 73 coups et il a glissé à égalité au 68e rang à plus-1.

Mike Weir (74), de Bright's Grove, en Ontario, David Hearn (75), de Brantford, en Ontario, et Adam Hadwin (73), d'Abbotsford, ont vu leur tournoi prendre fin de manière prématurée.

Woods a aussi été victime de la coupure pour le week-end et il est donc rentré chez lui en Floride, dans l'optique de retrouver sa touche fortement émoussée.

Il n'a toutefois pas perdu son sens de l'humour.

«Je suis ici juste pour ne pas recevoir d'amende», a t-il dit aux médias après coup, faisant écho à la phrase de Marshawn Lynch, des Seahawks de Seattle.

Pour la première fois de sa carrière, il ne s'est pas qualifié pour les deux dernières rondes d'un tournoi de la PGA pour la deuxième fois de suite, après sa mésaventure au Championnat de la PGA en août dernier.

Son pire score précédent était un 81 à l'Omnium britannique en 2002, lors d'une journée pluvieuse et venteuse au club Muirfield. Il n'y avait qu'une légère pluie au TPC Scottsdale, vendredi.

«Nous avons tous des journées comme ça, a dit Woods. Malheureusement, dans le cas qui me concerne, c'est de nature publique. Nous prenons le bon comme le mauvais et vous savez quoi, même pendant une ronde comme ça, il faut continuer de lutter, comme c'est le cas dans les bonnes journées.»

Il a mis ses nombreux pépins sur le compte d'un autre changement à son élan. Il a rompu les liens avec Sean Foley pendant sa pause de quatre mois, alors qu'il récupérait d'une opération au dos, et c'est maintenant Chris Como qui le conseille sur son élan.

C'est son jeu de courte distance qui lui donne le plus de misères - coups d'approche ou à partir de fosses, ainsi que son jeu sur les verts.

Par exemple, le quatrième trou, une normale-3. Son coup d'approche a dépassé le fanion de 12 pieds, la balle échouant dans une fosse de sable. Son coup suivant a fini sa course à 20 pieds de la coupe, et les deux roulés lui ont donné un double boguey.

Woods avait un score de 44 à mi-chemin de la ronde. Il a notamment commis un double boguey au 14e, en raison d'un coup de départ dans les buissons et d'un mauvais coup d'approche, ainsi qu'un triple boguey au 15e, une normale-5.

Woods jouait en compagnie de Jordan Spieth et Patrick Reed, deux des nombreux jeunes golfeurs qui ont grandi en le voyant dominer le golf, amassant 14 victoires en tournois majeurs et 79 gains au total, dans la PGA. Ils ne pensaient pas le voir jouer 82.

«C'est étrange, il n'y a pas de doute, mais ce n'est que son deuxième tournoi en six mois, a dit Spieth. Il rebâtit son élan et il a simplement l'air d'avoir besoin de plus de temps sur les terrains. Il ne semblait pas être incommodé physiquement, il a l'air en bonne forme. Ça ne me surprendrait pas qu'il fasse un beau retour cette année.»

PLUS:pc