NOUVELLES

Théorie du Big Bang: des scientifiques se rétractent sur de présumées preuves

30/01/2015 06:41 EST | Actualisé 01/04/2015 05:12 EDT

NEW YORK, États-Unis - Des scientifiques qui avaient fait les manchettes des journaux en mars alors qu'ils disaient avoir découvert des preuves appuyant la théorie du Big Bang sur la naissance de l'univers se sont officiellement rétractés, vendredi. De nouvelles observations cosmiques ont infirmé leurs conclusions initiales.

Ils affirmaient à l'époque que l'univers avait pris de l'expansion seulement quelques fractions de seconde après sa formation. La thèse de «l'inflation cosmique» fait largement consensus dans la communauté scientifique, mais les chercheurs pensaient avoir trouvé une preuve supplémentaire.

Ils avaient fait ces découvertes au pôle Sud, dans le cadre d'un projet appelé «BICEP2».

Dans un nouvel article soumis à une publication scientifique, Brian Keating, de l'Université de Californie à San Diego, a toutefois indiqué que son équipe et lui revenaient sur leurs conclusions préliminaires à la suite de nouvelles recherches, menées aussi avec le satellite européen Planck.

Selon les nouvelles données, les signaux observés en mars ne dataient pas nécessairement des balbutiements de l'univers. Il pourrait s'agir en fait de poussières dans la galaxie, ce qui ne permettrait pas de prouver l'expansion de l'univers.

Plusieurs autres scientifiques avaient exprimé des doutes quant aux découvertes de l'équipe de «BICEP2», qui avait d'ailleurs été moins catégorique sur ses preuves au mois de juin.

«C'est décevant, c'est comme si on découvrait qu'il n'y a pas de père Noël. Mais c'est important de savoir la vérité», a reconnu Brian Keating, en entrevue téléphonique avec l'Associated Press.

M. Keating a assuré que les études à ce sujet se poursuivraient. Selon lui, les nouvelles données auront tout de même amené les scientifiques à être plus vigilants avec de telles poussières.

PLUS:pc