POLITIQUE

Hydro-Québec: le PDG Thierry Vandal donne sa démission (VIDÉO)

30/01/2015 03:31 EST | Actualisé 30/01/2015 07:16 EST

Le président-directeur général d'Hydro-Québec, Thierry Vandal, a annoncé qu'il quittera ses fonctions le 1er mai prochain.

Thierry Vandal travaille au sein de la direction de la société d'État depuis 18 ans, dont 10 à titre de président-directeur général.

Aucune raison n'a été fournie pour le départ. Thierry Vandal a annoncé son départ au ministre responsable d'Hydro-Québec, Pierre Arcand, vers midi vendredi, quelques heures à peine avant d'en faire l'annonce officielle.

Selon Sébastien Bovet, de Radio-Canada, Thierry Vandal n'envisage pas de faire le saut en politique.

« La contribution de M. Vandal au développement et au rayonnement d’Hydro-Québec aura été marquante. Il faut le souligner », a dit par communiqué Michael D. Penner, président du Conseil d’administration d’Hydro-Québec.

Pour sa part, le premier ministre Philippe Couillard a salué «le départ d’un gestionnaire public de haut calibre, compétent, de renommée internationale, et qui a bien servi le Québec».

De son côté, la CAQ a dit souhaiter que le prochain PDG d'Hydro-Québec «soit choisi en fonction de ses compétences et non en fonction de ses allégeances politiques».

«Nous connaissons la tendance des vieux partis à nommer des amis dans des postes-clés, mais nous savons tous que ce ne sont pas toujours les meilleurs candidats qui sont choisis de cette façon», a dit le député caquiste Gérard Deltell.

Ingénieur de formation, M. Vandal a passé plus de 18 ans au sein d'Hydro-Québec. Il s'est joint à la société d'État en 1996 comme vice-président, planification stratégique et développement des affaires, avant de devenir président d'Hydro-Québec Production en 2001.

Il avait été nommé à la tête de la société d'État en avril 2005 par le gouvernement libéral de Jean Charest. Il avait été reconduit dans ses fonctions _ par décret _ en 2012 pour un mandat de cinq ans. Sa rémunération annuelle de base avait été fixée à un peu plus de 452 000 $.

Ayant entre autres dirigé la commission politique du Parti libéral du Québec sous Robert Bourassa, M. Vandal était considéré comme un proche de la formation politique.

En plus d'avoir été président du conseil d'administration du Conference Board du Canada, M. Vandal siège aux conseils d'administration de HEC Montréal et de l'Université McGill, où il agit également comme président du Comité des finances.

Avec La Presse Canadienne

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les cinq PDG de sociétés d'État les mieux payés