POLITIQUE

Les Hurons de Wendake: fournisseurs des armées canadienne... et russe

30/01/2015 10:57 EST | Actualisé 30/01/2015 10:57 EST
Photo 5 GBMC

Dans l’édifice gris presque sans fenêtres de la rue du Chef-Stanislas-Koska dans la réserve huronne de Wendake, en banlieue de Québec, se fabrique une pièce d’équipement essentielle aux opérations militaires à cette époque de l’année : la raquette. La petite entreprise autochtone Raquettes GV en a fabriqué pour plusieurs armées, dont celles de Russie et du Canada.

Impossible de savoir si les Russes ont fourni des raquettes canadiennes aux rebelles ukrainiens prorusses. Les Russes n’ont pas renouvelé récemment leur commande, mais ils pourraient le faire puisque le gouvernement Harper n’a pas avisé l’entreprise de Wendake que ses raquettes étaient interdites d’exportation vers la Russie où Raquettes GV a un distributeur.

Selon Alex Maher, le représentant technique de Raquettes GV, les généraux russes ne sont pas exigeants. Les Russes ont simplement demandé à Raquettes GV de leur soumettre des exemplaires d’évaluation de raquettes. L’entreprise a envoyé à Moscou quatre modèles en production et les militaires russes en ont choisi un. Ils ont commandé pour leurs troupes des raquettes standards en aluminium de modèle Snow Trail. Une seule exigence : elles devaient impérativement être bleues et blanches plutôt qu’orange, la couleur normale de la Snow Trail.

Les militaires russes, selon le porte-parole de GV, aiment le produit «parce qu’il a été développé pour les conditions hivernales canadiennes qui sont identiques à celles de la Russie: même type de neige, même accumulation, même température».

Le Canada plus précis

L’armée canadienne est plus pointilleuse et ombrageuse. Pas question de choisir parmi les variantes disponibles dans le catalogue. Elle a imposé à Raquettes GV ses spécifications et exigé que le fabricant s’y conforme précisément. Quelles sont ses caractéristiques? C’est un secret militaire. Les forces armées canadiennes ont requis que GV ne diffuse pas de photo de la raquette que l’entreprise a fabriquée pour la Défense nationale. Mais curieusement ( entorse à la sécurité militaire?) le 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC) de Valcartier a publié sur son site internet des photos de soldats du 22e Régiment en exercice portant des «raquettes secrètes» fabriquées chez GV.

Exercice Rafale blanche


Le Huffington Post a appris de sources sûres que le cadre des raquettes aux spécifications militaires (MILSPEC) canadiennes est en magnésium plutôt qu’en aluminium, afin, semble-t-il, que des soldats isolés ou perdus dans l’immensité la forêt boréale canadienne puissent en dernier recours les brûler pour se réchauffer... De nos jours plus de 90 % des raquettes sont en aluminium.

La couleur semble quelque chose d’important pour les militaires. L’armée suédoise, qui s’approvisionne aussi chez GV, exige que ses raquettes soient blanches. La raquette de GV a été sélectionnée comme la meilleure par un consortium constitué des cinq armées scandinaves qui établissement des critères de standardisation et de qualité pour les équipements militaires d’hiver. Belles commandes en perspective.

La petite entreprise de Wendake lance un nouveau modèle qui est dépourvu de harnais. Il suffit de positionner le pied et la raquette s’attache automatiquement. De quoi intéresser les armées de plusieurs pays…

Raquettes GV, l’un des cinq principaux fabricants de raquettes en Amérique du Nord, emploie une trentaine de personnes, la plupart des Hurons. 40 % de ses raquettes sont vendues à l’extérieur du Québec.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter