NOUVELLES

Pays-Bas: l'homme qui a fait irruption à la télé était solitaire et passionné de théories du complot

30/01/2015 06:27 EST | Actualisé 30/01/2015 06:27 EST

Le jeune homme muni d'une arme factice qui a fait irruption jeudi soir dans les studios de la télévision publique néerlandaise (NOS) pour exiger de passer à l'antenne du journal de 20h était un "solitaire" fasciné par les théories du complot, selon ses camarades interrogés vendredi par les médias.

L'un de ses camarades de classes à l'université technique de Delft décrit cet étudiant de 19 ans comme "intelligent, agréable et un peu solitaire, mais certainement pas fou", selon le journal Algemeen Dagblad.

Il était apparemment normal, mais avec une imagination très riche, et vivait "souvent dans son monde", a raconté à la NOS un autre de ses camarades.

"Ces dernières années, il s'intéressait beaucoup aux théories du complot concernant les Francs-maçons et un 'nouvel ordre mondial' ", selon la NOS.

Le quotidien populaire De Telegraaf le décrit lui aussi comme un solitaire qui avait "peu d'amis" et était intéressé par les théories du complot.

Certains des étudiants interrogés par le Algemeen Dagblad, cependant, estiment que le jeune homme, identifié comme Tarik Z., pourrait avoir simplement voulu par ce coup d'éclat se faire remarquer pour se faire admettre dans une "fraternité" étudiante, dont les nouveaux membres sont cooptés par les anciens, mais personne n'a pu obtenir confirmation de cette hypothèse.

Habillé d'un costume noir, d'une chemise blanche et d'une cravate sombre, portant des lunettes, le jeune homme, muni de ce qui ressemblait à un pistolet équipé d'un silencieux, en a menacé un garde de la sécurité et demandé à être emmené sur le plateau du journal de 20H00, affirmant avoir des révélations "d'importance mondiale" à faire.

Il a finalement été conduit sur un autre plateau, où la scène a été enregistrée, tandis que le bâtiment était évacué. La police a ensuite lancé l'assaut, et l'homme s'est alors très calmement rendu.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter